"La fabrique d'Arnold Schwarzenegger" : culte du corps et rêve américain

“La fabrique d’Arnold Schwarzenegger” : culte du corps et rêve américain
“La fabrique d’Arnold Schwarzenegger” : culte du corps et rêve américain - © Tous droits réservés

Un portrait fascinant de celui qui incarna Conan et Terminator. L’Amérique, il l’a voulue et il l’a eue.

 

Le 30 juillet 1947 naît le petit Arnold Schwarzenegger à Thal en Autriche. Très jeune, ses parents lui inculquent les valeurs du travail et du sport qui seront fondatrices dans sa carrière. Alors qu’il était destiné à être menuisier, Arnold se dirige vers le culturisme et se donne pour objectif d’être le plus grand body-builder de tous les temps. Après avoir été Mister Univers et consorts, il part à l’assaut de l’Amérique, où il veut devenir acteur. L’industrie hollywoodienne ne sait pas quoi faire de ce Hercule des temps modernes et il débute par de petits rôles. Petit à petit, il s’allie avec un grand nom du fitness et prête son visage à cette nouvelle tendance. Arnold Schwarzenegger franchit brillamment les étapes en incarnant Conan le barbare puis Terminator. Il est pendant un temps l’acteur le mieux payé au monde et a réussi son pari fou, son rêve américain. Il se marie à la nièce de JFK et commence à penser à la politique, un domaine qu’il intègrera pleinement dans les années 2000. Schwarzy deviendra ensuite le gouverneur républicain de la Californie jusqu’en 2006. 

 

D’une petite ville autrichienne à la fabrication d’un corps hors-normes aux plateaux de cinéma et à la politique, Arnold a semble-t-il déjà vécu plusieurs vies. Le très bon documentaire de Jérôme Momcilovic et Camille Juza sur Arte retrace le destin de l’incarnation de l’American Dream et pose également la question de l’après. Qu’est-ce qui se cache sous la carapace du superhomme ? N’est-il que le reflet de la superficialité de la société capitaliste ? 

 

 

Regarder “La fabrique d'Arnold Schwarzenegger” (2018) de Jérôme Momcilovic et Camille Juza sur Arte ou ci-dessous :