La 83e Fête du citron de Menton rend hommage à Cinecittà

83e Fête du citron de Menton.
83e Fête du citron de Menton. - © VALERY HACHE / AFP

La 83ème édition de la "Fête du citron" à Menton va rendre hommage à partir de samedi à la cité du cinéma italienne Cinecittà, grâce à ses sculptures et chars confectionnés à partir de 145 tonnes d'agrumes.

La manifestation dans la ville frontalière avec l'Italie -qui accueille chaque année quelque 240.000 spectateurs- évoquera la nostalgie du cinéma italien des années 50 et 60, marquées par les oeuvres de Visconti, Fellini ou Sergio Leone.

Un voyage dans une quinzaine de décors géants recréés tout en citrons et en oranges sera visible jusqu'au 2 mars, avec certains soirs des jeux de lumières musicaux. La fête comprend aussi un carnaval de chars d'agrumes, qui défilent avec des fanfares lors de "corsi aux fruits d'or".

Ces trois dernières années la Fête du citron avait décliné des thèmes fantastiques consacrées à Jules Verne. Plus modeste mais plus poétique que le célèbre carnaval de Nice qui se déroule en même temps, la manifestation existe depuis 1934.

La construction des chars et des décors mobilise plus de 300 personnes: agrumiculteurs, jardiniers, dessinateurs, métallurgistes, qui font tenir les 145 tonnes d'agrumes avec 500.000 élastiques.

Le citronnier, l'un des rares arbres à produire des fruits toute l'année, est particulièrement fructifère dans ce coin de Méditerranée entre mer et montagne doté d'un climat tempéré quasi exempt de gel en dessous de 400 mètres.

Beaucoup des fruits utilisés pour la fête sont toutefois d'origine espagnole. Car le véritable citron de Menton avec sa peau jaune vif parfumée épaisse et son jus plus sucré, est devenu une denrée rare cultivée par une poignée de passionnés et recherchée par les grands chefs.

L'Association pour la promotion du citron de Menton recense une quinzaine d'agrumiculteurs cultivant encore le citron en complément d'autres activités. Ils produisent une centaine de tonnes par an, avec moins de 1.500 citronniers.

On est loin de "l'âge d'or" qui a duré environ un siècle, de 1740 à 1840, lorsque Menton était un port d'exportation mondiale de citrons. La région comptait alors 80.000 citronniers, dont les fruits récoltés par les "limoneuses" et emballés dans du papier de soie de Gênes partaient en bateau vers toute l'Europe et l'Amérique.

Après dix ans de bataille, les producteurs et transformateurs ont obtenu en 2015 auprès de Bruxelles "une indication géographique protégée (IGP)" réservée au citron de Menton.