L'interview de Tom Hanks et Ron Howard pour Inferno

Hugues Dayez a rencontré Tom Hanks et Ron Howard à Florence pour parler du film "Inferno".

Tom, une question très simple, vous avez joué tellement de personnages différents, qu’est-ce que vous trouvez de si intéressant dans le personnage de Robert Langdon ?

Tom Hanks : vous n’avez pas souvent l’occasion de jouer quelqu’un qui est aussi déterminé que Robert Langdon. Le fait est qu’il vit seul, il enseigne cette matière hermétique qui le fascine plus que tout au monde et c’est un homme résolu quand il veut résoudre des énigmes. Dans le film, il y a une scène entre Felicity Jones et moi où nous avouons tous les deux avoir été des enfants bizarres, parce que notre esprit voyageait toujours ailleurs. Et j’essaie toujours de convaincre le réalisateur de pouvoir jouer ces souvenirs d’un homme tel que l’a décrit Dan Brown : donc, j’essaie de jouer cet homme dont l’esprit est toujours en train de chercher une connexion qu’il n’arrive pas à expliquer lui-même... et franchement, j’ai toujours quelque chose à faire quand je joue Robert Langdon, et parmi les nombreuses tâches qu’on donne à un acteur, comme trouver une motivation pour faire ce que tu dois faire, ce n’est pas toujours facile, mais bien dans le cas de Robert Langdon.

Ce n’est pas seulement un film de chasse au trésor, ou de poursuite, c’est un film qui parle aussi de problèmes importants d’aujourd’hui, comme la surpopulation, le terrorisme, etc. Vous pensez qu’il est important de ne pas avoir que du divertissement dans un film ?

Tom Hanks : C’est franchement ce qui est assez fou dans les bouquins de Dan Brown : ils sont basés sur un principe très sérieux qui demande une discussion. Le " Da Vinci Code " était à propos de la divinité de Marie, " Angels and Demons " était basé sur le débat entre la version scientifique ou religieuse de la création du monde. Ce sont des sujets de haut vol à discuter, mais ce sont des questions théoriques. Ici, nous avons les mathématiques, les algorithmes, et la physique quantique de la surpopulation, le fait est que vous n’avez pas besoin d’être un génie pour vous rendre compte que tôt ou tard, nous serons trop nombreux sur la planète Terre. Robert Langdon est capable de prendre ce dilemme, (et un avion passe bruyamment !) c’est une question importante pour l’humanité avec un suspens haletant, et c’est un film amusant à faire, " amusant "  à défaut d’un autre qualificatif, et c’est ce que la plupart des films essaient de faire, d’une manière ou d’une autre.

Ron Howard : Il y a une controverse, comme quoi ce n’est pas théorique, mais que nous devons y penser, nous savons tous qu’il y a une vraie pression, nous savons tous aussi que c’est un problème auquel la société doit faire face, et si la société ne s’y confronte pas, ce qui se passe à l’heure actuelle, ça crée un vide, et qui va remplir ce vide ? les extrémistes, des personnages nocifs approchant le problème de manière violente.

Rapidement, de nos jours, quand vous tournez en extérieur, et pas en studio ou en réalité virtuelle, quand vous travaillez dans des endroits aussi imprégnés d’Histoire, quelles sont vos sensations ?  

Tom Hanks : Ce que j’aime, dans le fait de tourner dans un endroit comme Florence, ce n’est pas seulement un plateau de tournage sympa, pour une bagarre, ou un QG secret, nous sommes en fait en train de regarder par exemple, une ancienne fresque sur un mur dans une église ou une tapisserie d’époque...

Ron Howard : Et cela fait partie de l’histoire qu’on raconte...

Tom Hanks : Nous sommes là pour une raison très spécifique, et pas parce que le fromage a meilleure mine avec la tapisserie derrière.

Ron Howard : Et c’est pour ça que le rythme peut être intense, il y a un suspens cinématographique et pourtant, cela entraîne notre public dans un endroit étonnant.

Tom Hanks : les touristes venaient nous dire " Langdon et Sienna ont couru par cette porte, et Langdon a passé ce pont et est arrivé juste ici ! "

Ron Howard : et on devait y retourner pour dire " oui, on a tourné ici ! "

Et donc, on ira faire le circuit Langdon !

L'interview intégrale en version originale