"L'Île Noire" : les pilleurs aux tronçonneuses

Un court métrage de Nino Christen qui date de quatre ans mais qui est encore et toujours d’actualité.

 

Un homme costaud et son oiseau friand de cafards qui lui tient compagnie vivent dans une petite cabane au bord d’une forêt. Il est le gardien de ce magnifique et grand bois vivant et majestueux, un cadeau de la nature. Malgré ce qui se trouve à côté de lui, l’homme s’ennuie ferme. Alors quand un camion plein de tronçonneuses arrive alors près de la barrière, le gardien voit en lui une distraction, un moyen de rompre sa lassitude. Sans faire attention, il laisse la porte ouverte et quand il se rend compte de sa méprise, la forêt a été rasée, dévastée. Les hommes ont pris toutes les ressources.

 

Ce court métrage d’un peu plus de six minutes est tout aussi poétique que triste. La cruauté des hommes qui volent les richesses de la nature, la maladresse d’un gardien las, la souffrance d’une île qui perd ses poumons animent ce film mélancolique en noir et blanc. “L’Île Noire” pourrait être l’histoire de beaucoup de régions dévastées. Le court métrage est signé Nino Christen, un réalisateur et illustrateur indépendant de Zurich. 

 

Le film a été projeté dans plus de 80 festivals de films d’animation notamment en Angleterre, au Brésil, en Espagne, en Australie, en Allemagne…