L'élite de Brooklyn: un polar efficace

2 images
- © rtbf

Le tout bon polar à ne pas rater cette semaine c’est " L’élite de Brooklyn" (Brooklyn's finest). Un film signé Antoine Fuqua, réalisateur de l’oscarisé "Training day", mais aussi de "Shooter" et "Les larmes du soleil".

Son nouveau film est plutôt classique au niveau du scénario mais cela n’enlève rien à son efficacité. Nous suivons la vie de trois flics qui flirtent avec l’illégalité.

  

Richard Gere est un policier en fin de carrière, alcoolique, plutôt déprimé, il se réfugie dans les bras d'une jeune prostituée. Ethan Hawke, lui, n’arrive plus à joindre les deux bouts, il vit dans une maison minable et sa femme attend à nouveau des jumeaux. Pour subvenir aux besoins de sa grande famille, il est prêt à voler le butin des trafics de drogue. Et enfin, Don Cheadle est un flic infiltré depuis 3 ans. Il se fait passer pour un dealer, il est passé par la case prison et est plein divorce.

Ce portrait croisé de flics à la dérive contient tous les ingrédients que nous sommes en droit d’attendre d’un thriller de qualité : du suspens, de la tension, une mise en scène léchée, une violence bien dosée, de l’émotion même, mais surtout d’excellents acteurs qui accentuent l’impression de réalisme de ce polar new-yorkais, avec une mention spéciale pour la prestation de Richard Gere en flic abîmé par la vie.

Enfants non admis.

Cathy Immelen