« Je vais monter les marches ! » : à Cannes, 750 habitants invités à la fête du Festival

Festival de Cannes 2019
Festival de Cannes 2019 - © Valery HACHE / AFP

« J’adore le cinéma, alors je suis très contente, je vais me préparer à monter les marches ! » : comme 750 autres Cannois, Josiane a gagné lundi un précieux sésame pour assister à des projections du Festival de cinéma, soucieux de casser son image de forteresse inaccessible.

Avec quelques minutes d’avance, sur le perron de l’hôtel de ville, deux employées affichent en début d’après-midi lundi, à la veille de l’ouverture du Festival, la longue liste des heureux vainqueurs du concours, tirés au sort dans la matinée en présence d’un huissier de justice. Les gagnants pourront assister à une séance de projection de leur choix, en l’occurrence « Mektoub my love : Intermezzo » d’Abdellatif Kechiche pour Josiane.

« Je suis cinéphile donc c’est l’occasion de voir des films en avant-première et puis c’est aussi un rendez-vous festif », se réjouit la retraitée qui ne cache pas non plus son plaisir de monter les marches. « Je vais sortir ma belle robe », lance amusée la sexagénaire, déjà gagnante en 2003.

Pour Florence Wattez, venue chercher les résultats pour son fils de 23 ans retenu au travail, c’est en revanche une première réussie. « Il va être super content », s’enthousiasme cette mère en vacances chez son fils récemment installé à Cannes. Appareil à la main, elle photographie son nom pour le rassurer, dans une scène qui rappelle l’affichage des résultats du bac.

A ses côtés, un peu perdue, Françoise, elle aussi nouvelle arrivante dans la cité cannoise se félicite d’avoir eu la chance des débutants, mais angoisse déjà à l’idée de gravir les marches et de côtoyer un « showbiz » dont elle ignore tout. « Je ne sais pas comment je vais m’habiller », s’interroge l’élégante retraitée.

 

- « Mettre fin au bunker » -

 

Une préoccupation que n’aura pas Pooran, candidate malheureuse. « Je suis très déçue, cela fait la sixième année que je n’ai rien », peste la professeure d’art appliquée qui aime visionner les films récompensés avec ses élèves. Comme elle, ils sont nombreux à être repartis bredouilles, mais tous saluent l’initiative.

« Je suis très fière d’habiter à Cannes. Le Festival c’est un événement mondial et c’est très bien qu’on y soit associé », plaide Suzanne qui l’année dernière avait pu voir « Le grand bain ».

Pour le maire LR, David Lisnard, il était « important de mettre fin au bunker ». « Il faut que les Cannois soient dans le Festival et mettre fin à se sentiment que c’est un événement fermé auquel on n’a pas accès », insiste le maire de la ville envahie par des milliers de festivaliers, ce qui, reconnaît l’élu, peut engendrer quelques désagréments pour les 75.000 habitants installés à l’année.

« Il est important que cette manifestation professionnelle soit de plus en plus ouverte sur le public », insiste M. Lisnard.

Outre le tirage au sort, des projections sont organisées chaque soir sur la plage et une projection du film qui aura reçu la Palme d’or, réservée aux Cannois, sera organisée le dimanche 26 mai.

Le plus dur reste maintenant à faire pour Josiane : choisir qui l’accompagnera : « Ça va être un vrai casse-tête ».