"Insaisissables": la grande illusion, version braquages

Braquages et magie s'additionneront dans "Insaisissables", qui sortira le 31 juillet en Belgique
Braquages et magie s'additionneront dans "Insaisissables", qui sortira le 31 juillet en Belgique - © Barry Wetcher

Vrais braquages ou grande illusion, ou les deux ? "Insaisissables", en salles mercredi, est un thriller plutôt original mettant en scène quatre illusionnistes qui mènent la vie dure au FBI, un film de pur divertissement mené tambour battant.

Surnommé "les quatre cavaliers", le groupe de magiciens aux talents particuliers (tours de cartes et de passe-passe, mentalisme, évasion, etc.), réuni de manière mystérieuse, se fait connaître en braquant une banque à Paris tout en faisant un show aux États-Unis pendant lequel il utilise un spectateur lambda (en l'occurrence... José Garcia).

La bande, emmenée par le charismatique J. Daniel Atlas (Jesse Eisenberg, le Mark Zuckerberg de "The Social Network"), réussira ensuite le transfert de la fortune d'un banquier véreux (Michael Caine) sur les centaines de comptes bancaires du public présent lors d'un second show.

Deux agents du FBI et d'Interpol (respectivement Mark Ruffalo et Mélanie Laurent) sont prêts à tout pour les empêcher de faire des braquages encore plus audacieux. Ils font même appel à Thaddeus (Morgan Freeman, insondable), qui s'est fait une spécialité de démystifier les tours de magie.

Objectifs anamorphiques

"Je souhaitais écrire un film de braquage classique par sa structure, mais qui se déroulerait dans un cadre particulier afin de se démarquer. Une histoire à la Robin des Bois dans laquelle le moteur ne serait pas l'appât du gain, mais la réalisation du braquage", explique le scénariste Edward Ricourt dans les notes du film.

Dans cette histoire où les voleurs effectivement n'emportent jamais leur butin, mais le redistribuent, le spectateur assiste à un subtil jeu du chat et de la souris entre les policiers et les illusionnistes tout en se demandant comment les braquages ont pu avoir lieu. Et surtout dans quel but. Si sur ce point, il est relativement facile de se faire une idée au fur et à mesure de la progression du film, la clé de toute l'histoire est, elle, bien plus inattendue.

Réalisé par Louis Leterrier ("Le Choc des titans", "Le Transporteur", "L'Incroyable Hulk"), "Insaisissables" a bénéficié des conseils de plusieurs magiciens professionnels dont David Kwong. Celui-ci raconte avoir inculqué "les principes de base de la magie à l'équipe, mais également formé les acteurs et pris part à la création des illusions".

Louis Leterrier a, de son côté, proposé que le film soit tourné essentiellement sur pellicule 35 mm et avec des objectifs anamorphiques vieux de 40 ans.

L'idée était aussi, à l'ère des images de synthèse, de donner au film plus d’authenticité en faisant en sorte que les illusions soient réalisées "le plus possible au moment des prises de vues", dit encore David Kwong.

 

AFP Relax News