Guillaume Canet et Marion Cotillard jouent avec leur image dans "Rock'n roll"

Toute ressemblance avec des personnes existantes n'est pas fortuite: dans "Rock'n roll" de Guillaume Canet, le réalisateur-acteur et sa compagne Marion Cotillard s'amusent de leur image, dans une comédie souvent réjouissante.

Le sujet du film est Guillaume Canet lui-même, en pleine crise de la quarantaine. A 43 ans, entre une vie rangée avec compagne et enfant et sa passion pour les chevaux, l'acteur se rend compte qu'il n'a plus la cote auprès des jeunes actrices, qui ne le trouvent pas très "rock".

Le couperet tombe sur un tournage, quand une actrice de 20 ans (interprétée par Camille Rowe) lui apprend qu'il a une image ringarde et a beaucoup chuté dans la liste des acteurs qui font fantasmer les filles.

Piqué au vif, l'acteur, éclipsé par le succès de sa compagne qui enchaîne les rôles à Oscars, décide d'agir. Il va tout faire pour devenir "rock", allant notamment voir le "patron" du rock'n roll Johnny Hallyday pour des conseils, avant d'aller très loin sous le regard sidéré de ses proches.

L'idée de ce film est venue à Guillaume Canet après l'échec de son précédent film comme réalisateur, le projet américain "Blood Ties".

"J'avais déjà eu il y a quelques années le projet de tourner un film sur la notoriété et l'image que le public a des gens connus", raconte-il. 

"Il y a deux ans, une journaliste qui m'interviewait a parlé de moi dans des termes qui ne me correspondaient absolument pas. +C'est l'image que vous renvoyez aux gens+", insistait-elle. Le désir de m'amuser avec mon image est revenu", ajoute-t-il dans le dossier de presse du film.

Retrouvant la veine de son premier film "Mon idole", satire du milieu de la télévision, Guillaume Canet laisse libre cours à un humour plein d'auto-dérision dans ce film qui se moque de la célébrité mais aussi du jeunisme et de la tyrannie de l'âge qui règnent dans le milieu des acteurs.

'Trait forcé'

Dans leurs propres rôles, les stars Guillaume Canet et Marion Cotillard ne se ménagent pas. Pris par une petite vie plan-plan avec horaires sans fantaisie, Guillaume Canet se voit appeler "Monsieur Cotillard" quand il fait ses courses au marché et joue des rôles de moins en moins glamour.

Marion Cotillard, elle, joue à fond avec drôlerie son rôle "d'actrice à Oscars", n'hésitant pas à se caricaturer elle-même en fille obsédée par le travail, répétant ses rôles jusqu'au moment de se coucher, s'entraînant à parler québecois à la maison pour "le prochain film de Xavier Dolan" ou boitant toute la journée en prévision d'un prochain rôle.

"J'ai trouvé l'idée très inspirante: dès les premières versions du scénario, j'y voyais la matière de scènes très drôles en même temps qu'une vraie réflexion sur l'image", indique l'actrice, oscarisée pour son interprétation d'Edith Piaf dans "La Môme".

"+Rock'n roll+ mélange certaines choses qui nous appartiennent mais le trait est tellement forcé, tellement tiré vers la comédie, que je n'avais aucune raison d'avoir peur", ajoute-t-elle.

Le producteur du film, Alain Attal, joue lui aussi son propre rôle en homme poussé à bout par les caprices et les excentricités d'un Guillaume Canet de plus en plus déconnecté de la réalité.

Retrouvant une liberté de ton réjouissante, Guillaume Canet s'en donne à coeur joie dans ce film sans retenue, qu'il a voulu tourner comme un docu-fiction pour mieux cultiver l'ambiguïté entre réalité et imaginaire. 

Il en profite pour croquer avec humour les coulisses du monde du cinéma, même si la seconde partie du film, plus grinçante, peine davantage à tenir sur la longueur.

"Je me suis dit (...): +Quitte à faire un nouveau film, faisons-le dans la plus grande liberté et la plus grande insouciante. Prenons des risques, allons plus loin encore dans la différence+", explique-t-il. "Le faisant, j'ai retrouvé un plaisir que j'avais sûrement perdu."

"Rock'n roll" sort en Belgique le 22 février 2017.