"Guaxuma" ou la vie sauvage

"Guaxuma" ou la vie sauvage
"Guaxuma" ou la vie sauvage - © Tous droits réservés

Avec le décès de sa meilleure amie, c’est une partie de son enfance qui s’est éteinte. La cinéaste brésilienne Nara Normande a souhaité rendre hommage à Tayra et à l’insouciance.  

 

Guaxuma est une plage située Nord-Est du Brésil. Quelques cabanes de pêcheurs, un hôtel abandonné et la plage à perte de vue. C’est là que la cinéaste Nara Normande a vécu les premières années de sa vie, auprès de ses parents et sa meilleure amie Tayra. Les deux petites filles, nées à 10 jours d’intervalle ont construit un lien très fort. Elles ont grandi ensemble, insouciantes, cheveux au vent, grains de sable entre les orteils, libres et en dehors du monde. Mais peu de temps après le début de son adolescence, les parents de Nara se sont séparés et sa mère l’a emmenée vivre à la ville. Tayra a été victime d’un accident et aujourd’hui, Nara se souvient de sa meilleure amie, si libre et sauvage.

 

Ce magnifique court métrage de la réalisatrice brésilienne Nara Normande est à la fois un film-mémoire, une tranche de vie, un souvenir heureux et douloureux à la fois. La cinéaste rend hommage à son enfance auprès de celle qui l’a épaulée, sa soeur, sa meilleure amie. Mêlant les techniques d’animation avec la matière sablonneuse et le stop motion, la narration repose sur un texte que Nara a écrit en 2012, après l’accident de Tayra. “Guaxuma” a été sélectionné au Festival International du Film d’Animation d’Annecy en 2018, il est à voir sur Arte.

 

Le making-of de Court Circuit :