"Ghost in the Shell": rencontre futuriste entre Scarlett Johansson et Juliette Binoche

"Ghost in the Shell": rencontre futuriste entre Scarlett Johansson et Juliette Binoche
"Ghost in the Shell": rencontre futuriste entre Scarlett Johansson et Juliette Binoche - © Jasin Boland

Scarlett Johansson en femme cybernétique et Juliette Binoche en médecin d'une époque révolue, se rencontrent pour la première fois dans "Ghost in the Shell", œuvre américaine adaptée d'un célèbre film japonais d'animation.

"Pour moi, cela n'était pas évident au départ d'imaginer comment on pouvait transposer à l'écran un film d'animation, qui était déjà un chef-d'œuvre", a déclaré l'actrice américaine de 32 ans lors de la présentation du film de Rupert Sanders.

L'actrice est déjà rompue aux rôles de science fiction après avoir tourné dans "The Avengers" de Joss Whedon (2012), "Lucy" de Luc Besson et "Under the skin" de Jonathan Glazer (tous deux en 2014).

Mais ce nouveau rôle de femme au corps de robot n'a pas été facile pour Scarlett Johansson: "D'habitude, lorsqu'on joue, il y a une connexion intense entre le corps et l'esprit et c'est ce qui est le plus important. Le corps et l'esprit sont en osmose".

Juliette Binoche abonde dans ce sens: "Dans l'éducation occidentale, on sépare le corps et l'esprit. Le travail de l'acteur, c'est celui de la reconnexion entre le corps et l'esprit pour faire passer une émotion".

"Ghost in the Shell" est la deuxième incursion dans la science-fiction, après "Godzilla", pour l'actrice française de "Ma Loute" de Bruno Dumont ou de "Sils Maria" d'Olivier Assayas.

"Ce qui m'a attirée, c'est l'univers du manga, que je ne connais pas. Au départ, quand j'ai lu le scénario, je n'ai absolument rien compris (...) Je l'ai dit à Rupert, qui m'a dit +ne me lâche pas, je vais revenir et te convaincre+. Il est revenu trois fois et j'ai accepté", raconte-t-elle.

'Une relation à créer'

"Ghost in the Shell" est inspiré de deux films d'animation de Mamoru Oshii: l'un au titre éponyme en 1995, qui a eu beaucoup de succès, et sa suite "Innocence" en 2004. Ils sont tirés d'un célèbre manga de Masamune Shirow publié en 1989.

Outre les effets spéciaux bluffants, l'intérêt du film tient à la rencontre des deux actrices.

"C'était excitant parce que c'était difficile et complexe. Il fallait apprendre à se connaître avec Scarlett, la relation était à créer", confie l'actrice française.

La star américaine, dont la mission est d'anéantir une société secrète qui tente de contrôler les esprits, a dit s'être "demandé pendant un an" avec le réalisateur "comment rentrer dans ce personnage", puis s'être sentie "de plus en plus investie émotionnellement".

Le film a été tourné en majeure partie à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Pour ses effets spéciaux, il a bénéficié sur place du savoir-faire des studios du réalisateur de la trilogie du "Seigneur des anneaux", Peter Jackson.

"Pour moi, le monde de l'animation, c'était pour les enfants et non pour les adultes. C'est un langage visuel qui m'a inspiré pour cette histoire d'anticipation", souligne Rupert Sanders.

"Ghost in the Shell" sort en Belgique le 29 mars 2017.