George Clooney a 60 ans

Happy you George ! À la fois acteur, réalisateur, producteur, politiquement engagé, marié et père de jumeaux, Clooney est aussi fabricant de tequila. Retour sur une vie des plus chargées en ce 6 mai, jour de son joyeux anniversaire.

Quand vous tapez dans votre moteur de recherche "George Clooney", plus de 23 millions de résultats (en 0,64 seconde) s’offrent à vous. C’est dire si on en écrit des choses sur l’acteur américain souvent admis comme l’Homme le plus sexy de la planète. D’ailleurs, évacuons tout de suite cette idée de sexitude. Non, Clooney n’est pas l’Homme le plus sexy du monde… mais seulement le 5e. Une étude très sérieuse a été menée par le docteur De Silva qui dirige le Centre for Advanced Facial Cosmetic And Plastic Surgery (c’est à Londres, Angleterre). Via un logiciel complexe, ce doc a croisé les caractéristiques physiques d’hommes connus et sexy avec le fameux Golden Ratio, le "Nombre d’Or". Cette méthode vieille comme le monde (inventée par les Grecs durant l’Antiquité) permet de mesurer la beauté et s’applique tout aussi bien au corps humain qu’à l’art. La preuve avec Léonard de Vinci qui a mixé les deux pour dessiner son Homme de Vitruve. Donc, pour déterminer cette beauté parfaite, il faut que les mesures du visage se rapprochent le plus possible du nombre Phi, soit 1,618 ! Avec cette méthode de calcul, Clooney se classe à la 5e place avec un score de 89,91% (Phi représentant les 100%). Et juste comme ça, c’est l’acteur Robert Pattinson qui décroche la timbale avec un score de 92,15%.

2 images
Amal et George Clooney ou Amal et George Alamuddin ! ? © AFP or licensors

Né le 6 mai 1961 à Lexington (Kentucky, USA), George Timothy Clooney est le fils de Nina Bruce, une conseillère municipale, et de Nick Clooney, journaliste et présentateur vedette à la télévision. Comme les chiens ne font pas des chats, ceci explique l’engagement politique de l’acteur et son activisme. Quand il ne profite pas de sa notoriété pour lever des fonds pour aider les victimes de la Covid-19, de l’ouragan Katrina et du Darfour, George n’a jamais hésité à soutenir les candidats démocrates aux dernières courses à la Maison Blanche, que ce soit Barack Obama, Hilary Clinton et Joe Biden. En 2010, il se lançait encore dans la lutte contre les génocides et autres crimes de guerre avec le Satellite Sentinel Project soit, brièvement, l’observation par satellite de zones de conflit déclenchant un système d’alerte rapide en cas d’attaques. Le but étant de dissuader les atrocités de masse et d’attirer l’attention du monde sur les régions visées.

Mais revenons à nos requêtes digitales. Quand vous tapez "George Clooney" sur internet, la question que se posent surtout les internautes concerne les débuts de l’acteur. En effet, Clooney a connu un succès tardif. Quand il s’impose à la télévision dans le rôle du Docteur Doug Ross dans la série médicale "Urgences" (qui démarre en 1994), il a déjà 35 ans ! Avant, on l’avait déjà vu au Cinéma mais dans des films qu’il aimerait véritablement oublier aujourd’hui comme "Le retour des tomates tueuses", un film de série Z. En fait, il faudrait une 27e et ultime lettre de l’alphabet pour déterminer ce navet horrifique. Sans oublier "Grizzly 2" (une sorte de version des "Dents de la mer" mais en forêt avec un… grizzly tueur d’hommes) voire "Red surf" !

La notoriété arrive pour l’acteur fin des années 90 avec des films comme "Les rois du désert" de David O. Russell, "La ligne rouge" de Terrence Malick et "Hors d’atteinte" de Steven Soderberg. Toujours devant la caméra de ce dernier, Clooney va s’adjuger les années 2000 avec des productions élégantes comme la trilogie "Ocean’s", "Solaris" et "The Good German". La Clooney Mania est en marche. Ah oui, surtout n’évoquez jamais devant lui son rôle de super-héros dans "Batman et Robin" de Joël Schumacher. Dommage car au final, cette version très (trop peut-être) colorée du Chevalier Noir de Gotham reste tout aussi bédé-esque que rigolote et agréable à regarder. Bref…

George Clooney est aussi réalisateur. Ses films (qu’il produit avec l’argent des publicités qu’il interprète) sont tout aussi engagés que lui dans le privé. Dans "Good night and good luck" sorti en 2005, il nous propose une réflexion intelligente sur le rôle des médias. Ce film revenait en effet sur la chasse aux sorcières et aux communistes (le maccarthysme) qui a agité tous les Etats-Unis dans les années 50 et 60 que ce soit dans les médias ou dans la Culture. Dans "Les marches du pouvoir" (en 2011), il décortique les manipulations et autres magouilles politiques dont sont capables certains partis en pleine période d’élections. Dans son dernier film comme réalisateur, "Minuit dans l’univers" pour une plateforme de streaming bien connue, il s’interroge sur l’avenir écologique de notre bonne vieille Terre.

Mais d’après ses dires, son plus beau rôle reste celui de… papa. L’éternel célibataire (quoique) s’est marié en 2014 avec l’avocate libano-britannique Amal Alamuddin qu’il qualifie de "brillante, drôle, belle et gentille" à qui veut l’entendre. En 2017, arrivent dans leur vie les jumeaux Ella et Alexander. Dans la presse, Clooney raconte encore qu’il leur apprend à jouer de vilains tours à leur maman en télétravail. Il n’est donc pas rare de voir débarquer en plein conférence call ces mini-Clooney un lange sur la tête dixit le papa. Un paternel qui aime plus que jamais diversifier ses activités. Il y a peu, il s’est lancé dans la fabrication de tequila de luxe avec sa marque Casamigos. Si ça, c’est pas fort de café, quoi d’autre ! ?