Festival Millenium 2018 : "Hacking Justice"

Depuis plusieurs années, Baltasar Garzon joue des pieds et des mains pour défendre Julian Assange dans son combat pour la liberté et la démocratie. Le documentaire passait au Festival Millenium mardi 27 mars en première belge, il concourt dans la Compétition internationale.

 

Julian Assange est l’un des hommes parmi les plus controversés et dérangeants de ces dernières années. Via son organisation WikiLeaks, il a publié des millions de documents confidentiels et très sensibles à propos d’agissements de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan, il a aussi dénoncé la corruption en Afrique et dans les compagnies russes offshore. En 2010, Julian Assange est accusé de délits sexuels en Suède, si le viol n’est pas retenu par le Parquet, il est quand même accusé d’agression. A la fin de l’année, lorsqu’il se rend à une nouvelle convocation concernant cette affaire, il est intercepté par la police britannique qui lui annonce la demande d’extradition de la part des Etats-Unis. Juste avant, de nouveaux documents avaient été rendus public par WikiLeaks, concernant encore une fois l’armée américaine. Il est ensuite mis en liberté conditionnelle contre le versement d’une caution payée par ses soutiens, il porte alors un bracelet électronique. En 2012, Assange trouve refuge à l’ambassade équatorienne à Londres. C’est au moment où il choisit comme défenseur l’ancien juge Baltasar Garzon que le documentaire débute. Lui qui a permis l’arrestation du général Pinochet et qui s’est toujours battu contre la corruption politique se révèle un allié de taille.

En tant que nouvel avocat de Julian Assange, Garzon a du se rendre en Equateur pour demander l’asile politique pour son client. Cet asile politique avait pour but de protéger le fondateur de Wikileaks contre les Etats-Unis où beaucoup veulent sa peau, où il est présenté comme un voyou et un traître dans les médias et qui réclament son extradition. Le Président équatorien de l’époque, Rafael Correa accepte la demande d’asile.

 

Le documentaire Hacking Justice” est un carnet de bord du combat d’Assange contre la justice internationale. On y découvre la mise en place de la stratégie de son avocat, Baltasar Garzon qui connaît avec cette affaire, le cas le plus compliqué de sa carrière puisqu’il doit jongler entre plusieurs juridictions et lois nationales et internationales. Les réalisateurs Juan Pancorbo et Clara López Rubio ont filmé plusieurs années de bataille judiciaire pour la liberté de Julian Assange et plus métaphoriquement la liberté d’expression et la transparence politique. Avec des images exceptionnelles du fondateur de Wikileaks à l’ambassade équatorienne, le film se déroule au plus près de l’accusé et son équipe.