Festival Millenium 2018 : Geek Girls

Le festival du documentaire bruxellois diffusait mercredi 21 mars “Geek Girls”, un documentaire qui interroge la part féminine dans l’univers de la pop culture. Il concourt dans la Compétition Vision Jeune.

 

Que signifie être un geek aujourd’hui ? Est-ce possible d’être une femme et une geek ? Gina Hara, la réalisatrice qui a elle-même baigné dans la pop culture depuis son plus jeune âge, est partie à la rencontre du pendant féminin du geek. Elles sont joueuses professionnelles, dessinatrices de manga, otakus*, cosplayeuses**, scientifiques, programmatrices ou simplement adeptes d’un univers fictif et se revendiquent comme des geek girls”.

 

“Geek Girls” est le premier long métrage de Gina Hara, jeune réalisatrice canadienne adepte d’arts et technologies. C’est en partant d’une réflexion sur le monde geek qu’elle a conçu son documentaire-enquête. Au départ, être un geek ou un nerd n’est pas vu comme particulièrement positifs, il s’agissait même de termes péjoratifs qui désignaient les binoclards ringards qui s’intéressaient aux sciences et aux jeux vidéos. Aujourd’hui, ceux-ci connaissent une revalorisation de leur univers et leur identité. Nombre de séries, films, reportages leur sont consacrés et affirment, comme dans The Big Bang Theory, que c’est cool d’être un geek. Les adolescents losers d’hier sont devenus les héros d’aujourd’hui comme le laisse entendre le documentaire La Revanche des Geeks” de Jean-Baptiste Péretié. Malheureusement, la communauté des geeks souffre aussi des travers de la société patriarcale et les femmes n’y sont pas forcément les bienvenues. La communauté reproduit l’ostracisme dont ils ont eux-mêmes été victimes.

Les ostracisées des ostracisés

2 images
Festival Millenium 2018 : Geek Girls © Tous droits réservés

 

Pourtant, de plus en plus de femmes et filles jouent aux jeux vidéos, beaucoup lisent des mangas, sont fans de super-héros, ce n’est pas à prouver… Pourquoi ne sont-elles pas prises en considération en tant que geek girls” ? Gina Hara montre dans son documentaire sous forme d’enquête que les femmes sont très souvent représentées en tant que servantes ou objets sexuels dans les jeux vidéos ou objets de pop culture. Si cela tend à évoluer avec la création de personnages féminins forts dans des franchises comme Marvel, cela prend du temps. Les femmes interrogées par la réalisatrice canadienne évoquent leur malaise, leur sentiment d’être à l’écart. Quand elles étaient plus jeunes, elles ne pouvaient pas se rattacher à une communauté, elles se sentaient rejetées et anormales, certaines sont tombées en dépression. On remarque qu’un groupe oppressé qui oppresse une autre minorité est très courant sociologiquement et c’est ce qu’il s’est passé chez les geeks. Gina Hara réfléchit, en même temps que ses intervenantes, à son identité. Aujourd’hui, elle affirme être une femme nerd et s’expose de fait aux critiques et aux menaces par ce reportage. Mais tant que les femmes ne pourront être ce qu’elles veulent librement, ce genre de film est plus que nécessaire.

 

 

Le site de Geek Girls

* Terme japonais qui désigne les personnes qui consacrent énormément de temps à des activités d’intérieur comme regarder des séries, jouer aux jeux vidéos et autres activités en rapport avec la pop culture et le fanatisme.

 

** Le cosplay est un mélange de costume” et play”. Les cosplayeurs et cosplayeuses sont des personnes qui font du déguisement un art, ils travaillent leur(s) costume(s) et leur(s) personnage(s) qui sont pour la plupart issus de mangas, de séries, de films. Des rassemblements du genre ont lieu dans les conventions geek un peu partout dans le monde.