Exlusivité Auvio : Belmondo, le Magnifique

Avec 74 films et 160 millions d'entrées en France, Jean-Paul Belmondo a été la plus grande star du cinéma français. Les moins de 30 ans ne savent pas qu'il a joué avec tous les réalisateurs de la Nouvelle Vague. Les plus de 50 ans n'oublient pas sa verve chic, son enthousiasme musculaire, ses cascades. Une nouvelle exclusivité Auvio.

3 images
© creative commons

Gloire à Jean-Paul Belmondo ! Arte co-produit cette biographie entièrement constituée d'archives d'interviews et de tournages. L'occasion de voir le jeune premier touchant d'humilité en interview, et aussi quelques  jolies scènes de cascades et de rares de Belmondo en privé avec ses enfants. 

Belmondo le turbulent 

Enfant turbulent, Jean-Paul Belmondo le sera aussi au Conservatoire (au concours final il fera un bras d'honneur au jury qui ne lui donne qu'un deuxième accessit) et le restera dans les nombreux films de cascade qui seront une des facettes de son talent. C'est l'époque du divertissement - Peur sur la Ville, Flic ou Voyou, Le Professionnel, l'As des As et tant d'autres... - qui durera 15 ans. Belmondo est devenu une marque. Acteur, producteur et distributeur de ses films, il maîtrise toute la chaîne de fabrication d'un film.

Mais c'est sur son autre facette, celle du Jean-Paul Belmondo qui fait des films "qui font penser" comme il le dit avec ironie, qu'il est le plus loquace. Pas un des grands réalisateurs de l'époque ne manque à l'appel: Vittorio De Sica, Jean-Luc Godard, Claude Sautet, François Truffaut, Alain Resnais, Claude Lelouch... le palmarès est époustouflant. 

Belmondo, Il bruto : le laid

Un an après le triomphe d'A Bout de Souffle de Godard (1960), la jeune vedette française tourne plusieurs films en Italie (avec Sophia Loren et Claudia Cardinale) où la presse le surnome Il bruto. Le laid. Et effectivement, tout au long du documentaire on comprend comment ce physique atypique, dans le monde du cinéma de l'époque, deviendra un atout pour Belmondo. Une gueule de boxeur dont on loue dans Belmondo, le Magnifique le charme, le magnétisme, la sensualité, le jeu décontracté. 

3 images
Jean-Paul Belmondo en 2013 © creative commons

La valeur du travail

On ne saura rien des opinions ou des engagements (s'il en a eu) du monstre sacré Belmondo qui semble avoir traversé la deuxième moitié du XXe siècle sans quitter les plateaux de tournage et le monde du show business. Le docu se clôture sur l'admiration du fils pour un père sculpteur qui, à 84 ans, continuait à "taper la pierre" dans son atelier. Chez les Belmondo, le travail c'est la santé. 

 

Belmondo, le magnifique à voir sur Auvio jusqu'au 30 novembre