Entre blagues et œufs de Pâques au Cinéma

Au Cinéma, un Easter Egg (ou Oeuf de Pâques en français dans le texte) est une allusion, une blague, une référence, une apparition soudaine… Bref, un clin d’œil pour cinéphile et/ou spectateur terriblement attentif. Une pratique née dans les années 70 (dans les jeux vidéo puis sur grand écran)…

D’ici quelques jours, vous partirez à la chasse aux œufs de Pâques mais cette quête, à la Indiana Jones, vous pouvez la poursuivre au quotidien à travers d’excellents films de réalisateurs jouettes. Au Cinéma, on appelle ça des Easter Eggs soit des références cachées un peu partout en arrière-plan. Des références ou autres insinuations, rappels, sous-entendus voire des évocations pas réellement simples à dénicher mais une fois que c’est fait, elles restent toutes aussi délicieuses que les véritables œufs en chocolat dont elles s’inspirent. Tenez en parlant d’Indiana Jones, avez-vous remarqué que dans le film de Steven Spielberg "Les aventuriers de l’Arche perdue", l’un des hiéroglyphes de l’artéfact représentait… les robots R2D2 et C3PO de la saga Star Wars imaginée par George Lucas (le grand ami de Steven et producteur du film) ! ?

4 images
Les robots R2D2 et C3PO en guise de hiéroglyphes dans "Les aventuriers de l’Arche perdue", ça, c’est du Easter Egg de qualité ! © Lucasfilm Ltd.

Autre détail, autre Oeuf de Pâques, dans le film consacré à la jeunesse de Han Solo (personnage incarné entre autres par Harrison 'Indiana Jones' Ford), intitulé "Solo : a Star Wars story" (sorti en 2018), on retrouve sur l’une des étagères d’un boui-boui perdu dans une galaxie lointaine très lointaine l’idole en or recherchée par le professeur Jones en personne ! ?

4 images
Une même idole dorée présente dans deux films différents (et deux époques différentes), autre Easter Egg de qualité ! © Walt Disney Pictures – Lucasfilm

La petite histoire des Easter Eggs est d’abord liée à la grande Histoire de l’Informatique. Tout commence en 1979 avec "Adventure", le premier jeu d’action et d’aventure développé pour la console Atari 2600. À l’époque, les concepteurs de jeux vidéo n’avaient pas voix au chapitre comme on dit. Leurs noms n’étaient pas crédités aux génériques. Voilà pourquoi le facétieux Warren Robinett a ouvert les vannes avec cette blague : il a écrit son nom en vertical dans l’une des salles du jeu ; une salle que le joueur peut ouvrir, si et seulement si, il découvre une clé spéciale pas plus grande qu’un pixel !

Les exemples des blagues 2.0 sont légion. Juste comme ça, dans Google Hangouts, soit la plateforme de messagerie du géant de l’Informatique, si vous tapez "/ponies", c’est un charmant petit poney qui traversera l’écran. Notez que si vous tapez "/ponystream", là, c’est toute une horde de poneys qui se baladera sur votre machine.

4 images
Il est là, sous le fauteuil, le premier Easter Egg de l’Histoire du Cinéma, dans le film "The Rocky Horror Picture Show" sorti en 1975 © 20th Century Fox

Mais revenons au Cinéma. Si l’histoire des Easter Eggs démarre officiellement avec les jeux vidéo, la légende raconte qu’en 1975, pendant le tournage du film "The Rocky Horror Picture Show" de Jim Sharman, l’équipe s’était amusée à organiser une chasse aux œufs de Pâques. Mais tous les œufs n’auraient pas été retrouvés. Sur certains plans, en s’arrêtant sur la bonne image et en zoomant, on peut apercevoir les œufs non trouvés.

Depuis, cette pratique (celle de glisser quelques clins d’œil) est devenue une habitude. Le compte Twitter @FilmEsaterEggs recense d’ailleurs tous ces détails qui font les bonheurs des spectateurs les plus attentifs. Et ça va même très très loin dans l’analyse de l’image. Comme par exemple dans "Fight club", lorsque le personnage joué par Edward Norton reçoit un appel de Tyler Durden (Brad Pitt dans le film), en jetant un œil (et un microscope) sur le panneau sur la cabine téléphonique, on découvre qu’il n’est pas possible de recevoir des appels entrants. Sans spoiler ni divulgâcher l’histoire pour ceux et celles qui ne l’auraient toujours pas vue, bah, oui, c’est logique !

Toujours sur Twitter, la société de production Pixar avait encore communiqué l’année dernière et posté un film regroupant tous les Easter Eggs de leurs dessins animés, preuve ultime que toutes leurs productions sont bel et bien liées, de "Monstres & Cie" à "Némo" en passant par "Les Indestructibles" !

Aujourd’hui, on vous l’avouera à demi-mot dans les majors et autres gros studios à Hollywood mais les Easter Eggs sont devenus de puissantes actions marketing. Quand ils truffent la nouvelle bande-annonce d’une prochaine grosse sortie de références, ces studios n’espèrent qu’une chose : que cette bande-annonce soit analysée, étudiée, décomposée, disséquée par les fans et que leurs remarques deviennent virales tout en occupant une place importante sur la Toile. Voilà donc une publicité gratuite bien visée.

En attendant, pour finir, vous aviez remarqué vous que dans le film "Star Wars : La menace fantôme", lors d’une séance du Sénat Intergalactique, on retrouvait une bande de… ET. Oui, ET l’extraterrestre n’est pas seul, son coup de fil a bien été passé et reçu à des millions d’années-lumière. Avec les siens, il fait même de la politique spatiale !