Disney bat encore les attentes au deuxième trimestre

Le groupe a publié mardi un bénéfice net de 2,1 milliards de dollars pour le deuxième trimestre de son exercice décalé (janvier-mars). Cela représente une hausse de 10% sur un an, soutenue notamment par ses ventes de produits dérivés et ses parcs d'attractions.

Le chiffre d'affaires a également progressé davantage que prévu, de 7% à 12,5 milliards de dollars quand le consensus était de seulement 12,3 milliards.

Cette performance "démontre l'incroyable capacité de nos marques solides et de nos contenus de qualité à soutenir les résultats", s'est félicité le PDG Robert Iger, cité dans le communiqué.

"La puissance de cette combinaison gagnante est encore reflétée par le succès mondial phénoménal de +Avengers: l'ère d'Ultron+", a-t-il ajouté.

Le dernier volet des aventures des super-héros de sa filiale Marvel vient de s'arroger d'entrée la première place au box-office dans la plupart des pays. Aux Etats-Unis, c'est même la deuxième meilleure sortie de film jamais enregistrée avec 190 millions de dollars de recettes. Seul le premier épisode des Avengers avait fait mieux.

Le film est toutefois sorti trop tard pour aider les studios au deuxième trimestre. Pénalisés par une comparaison difficile avec l'année dernière, où "La Reine des Neiges" avait dopé les recettes d'entrées en salles et de vidéos à domicile, ils ont vu leur chiffre d'affaires baisser de 6% à 1,7 milliard de dollars, et leur bénéfice d'exploitation de 10% à 427 millions.

Les effets du dessin animé à succès, pour lequel le groupe a d'ores et déjà annoncé une suite, bénéficient en revanche toujours aux ventes de produits dérivés: cette division affiche un chiffre d'affaires en hausse de 10% à 971 millions de dollars et un bénéfice d'exploitation qui bondit de 32% à 362 millions.

Autre ombre au tableau au deuxième trimestre: le bouquet de chaînes sportives ESPN a été plombé par des coûts de programmation et de production plus élevés, notamment pour des droits sportifs.

Au final, le chiffre d'affaires des activités de télévision du groupe, également propriétaire des chaînes ABC et Disney Channel, a grimpé de 13% à 5,8 milliards de dollars, mais leur bénéfice d'exploitation a baissé de 2% à 2,1 milliards.

Les parcs d'attractions et autres activités touristiques (croisières, hôtels) ont pour leur part augmenté leur chiffre d'affaires de 6% à 3,8 milliards de dollars, et leur bénéfice d'exploitation a bondi de 24% à 566 millions.


Belga