Dikkenek, 15 ans de culte

"Ou tu sors ou je te sors mais il va falloir prendre une décision ! ?" Sorti justement le 21 juin 2006, le film "Dikkenek" avait marqué l’été de son délicieux accent belge servi à la sauce Dallas. Quinze ans plus tard, les répliques de cet ovni cinématographique sont bel et bien restées dans toutes les mémoires.

Maintenant ne bouge pas, je vais aller chercher le poney !

Nous avons tous notre réplique culte tirée de "Dikkenek" du réalisateur belge Olivier Van Hoofstatd. Et pour une fois (non peut-être), le terme culte n’est pas galvaudé. Sans vouloir jouer au Maitre Capelovici du Web, un film culte est un film vénéré par ses fans. Ce film peut être complètement original ; il peut avoir connu un certain succès dès sa sortie en salles ou alors ce fût le bide total mais des années plus tard, le voilà récupéré et adoré par quelques (beaucoup plus même) cinéphiles en seconde vision. Juste comme ça encore et après on range le dico de notre Maitre Capelo, le mot culte ne prend jamais de -s au pluriel. Comme nous le rappelait la rédaction du Figaro le 24 juin 2019, "l’expression signifie que le film fait l’objet d’un culte et non qu’il est un culte lui-même. Il ne peut donc pas être accordé au pluriel !"

En attendant, oui, le film "Dikkenek", traduit en français de France (!?) "Grande gueule !" (c’est d’ailleurs sous ce titre qu’il est sorti dans l’Hexagone) est bel et bien un film culte. Il correspond à quasi tous les critères exposés : c’est un objet cinématographique non identifié (qui rappelle dans sa méchanceté, sa drôlerie et sa liberté de ton un film comme "C’est arrivé près de chez vous" ou l’émission télé "Strip-tease") ; sortie ratée en salles (surtout en France), le film va cartonner en DVD ; sur la toile ses répliques servent de mème internet (soit un élément repris et décliné en masse sur le Net) ; idolâtrées par ses fans, ces répliques (encore elles) vont entrer dans le langage de notre quotidien et faire partie de nos expressions favorites.

2 images
Jean-Luc Couchard et Mélanie Laurent dans Dikkenek © Europacorp

Nous avons donc découvert cet ovni en salles le 21 juin 2006. Mais, quelques semaines plus tôt, le film d’Olivier Van Hoofstadt a quand même eu droit à une avant-première mondiale au Festival de Cannes. Bon d’accord, la séance était organisée à minuit mais plus tôt dans la soirée, toute l’équipe s’était offert une montée des marches du célèbre Palais des Festivals. Toute ? Pas vraiment. Notre François Damiens national, lui, nous a surtout gratifiés d’une descente des marches afin de se faire remarquer. Bah oui quoi, une fois en haut, il est aussi vite redescendu devant des festivaliers et autres photographes hilares.

Alors, pour tous ceux qui ne l’auraient jamais vu, de quoi ça parle "Dikkenek" ? Ce film nous présente une belle brochette de gros cous (en Bruxellois dans le texte), une réunion de vantards, une collection de monsieur je-sais-tout comme JC. Il est belliqueux le JC mais il a aussi le cœur sur la main. Il est prêt à tout pour que son pote Stef trouve l’âme sœur. Alors que son GSM sonne en plein film au cinéma, Greg, un petit frimeur, lui, va se faire cogner par JC. Quand il veut porter plainte, il tombe sur une commissaire pas commode. Dans le genre pas commode non plus, il y a Claudy Focan, qui partage son temps entre les Abattoirs d’Anderlecht et sa grange où il photographie des jeunes filles peu habillées. Vous trouvez ça vulgaire ?

Moi je travaille en noir et blanc, je suis obligé d’appuyer les couleurs. Sinon ça va rendre fade !

Bon ok, nous ne sommes pas tous obligés de les aimer ces Dikkeneks mais nous devons reconnaître au film pas mal de qualités comme son casting. Olivier Van Hoofstatd a réuni en vrac et dans le désordre Jean-Luc Couchard, Dominique Pinon, François Damiens, Jérémie Renier, Marion Cotillard, Mélanie Laurent, Catherine Jacob, Marie Kremer, Mourade Zeguendi et Florence Foresti dont c’était la première apparition sur grand écran. Certaines de ces stars étaient déjà connues à l’époque et d’autres allaient rapidement le devenir. Olivier avait déjà travaillé avec Marion et Mélanie. Un coup de téléphone a suffi pour les inviter et les convaincre de participer à cette aventure complètement folle.

Si "Dikkenek" a déjà 15 ans et vu qu’il est culte, on pourrait s’étonner de ne pas voir sa suite (d’autant plus que le film est produit par Luc Besson et sa société Europacorp) ! ? "Jamais" pour Olivier Van Hoofstadt qui s’est exprimé à ce sujet sur le plateau de BX1, la télévision régionale de Bruxelles, et qui a déclaré : "J’ai 25 minutes de plus qu’on aurait pu mettre dans le montage. Ce sont des scènes inédites. Je ferai un jour un remix !" Cochon qui s’en dédit comme on dit !

Donc, finalement, c’est laquelle votre réplique culte de "Dikkenek" ?

Va te faire refaire, Alien !