Denis Villeneuve en colère : il fustige Warner Bros sur sa décision de sortir "Dune" en streaming

Denis Villeneuve en colère : il fustige Warner Bros sur sa décision de sortir "Dune" en streaming
Denis Villeneuve en colère : il fustige Warner Bros sur sa décision de sortir "Dune" en streaming - © Frazer Harrison - AFP

Le réalisateur canadien Denis Villeneuve a tiré à boulets rouges jeudi sur la décision des studios Warner Bros de diffuser l’an prochain tous leurs films simultanément en vidéo à la demande et dans les cinémas pour amortir l’impact économique de la pandémie.

Pour le réalisateur de Dune, le choix de Warner Bros de mettre son film sur sa plateforme HBO Max dès sa sortie en salles signifie qu’il "n’aura pas la chance d’avoir les performances nécessaires pour être rentable et que le piratage finira par l’emporter".

"Warner Bros pourrait bien avoir tué la franchise Dune" et menace le cinéma en général, s’emporte-t-il dans une tribune sur le site Variety, dernière d’une longue liste de réactions indignées d’Hollywood.

Début décembre, Warner Bros a annoncé que tous ses films prévus en 2021, dont les très attendus Matrix 4 et Dune, seraient diffusés sur HBO Max parallèlement au cinéma, bouleversant les codes et les pratiques de l’industrie afin de compenser la baisse des recettes.

Les studios ne manifestent "absolument aucun amour du cinéma ou pour le public".

Le streaming à lui tout seul ne peut pas faire vivre l’industrie du film telle que nous la connaissions avant le Covid. Le streaming peut produire de très bons contenus, mais pas des films de l’envergure et de l’ambition de Dune

assure Villeneuve, soulignant y avoir consacré plus de trois ans d’efforts.

La sécurité du public passe en premier, personne ne remet cela en cause […] Le plan était que Dune sortirait dans les salles en octobre 2021, lorsque les vaccinations seraient bien avancées

explique le réalisateur, qui "croit fermement que l’avenir du cinéma est sur grand écran, quoi qu’en disent les amateurs de Wall Street."

Quand la pandémie sera terminée, les cinémas seront de nouveau remplis […] Non pas parce que l’industrie du film en a besoin mais parce que nous, les humains, avons besoin du cinéma en tant qu’expérience collective