"Coeurs sourds" : mélancolies adolescentes et néons roses

“Coeurs sourds” : mélancolies adolescentes et néons roses
“Coeurs sourds” : mélancolies adolescentes et néons roses - © Tous droits réservés

Entre l’émoi et le désir, entre la frustration et le regard des autres, grandir n’est pas une chose aisée.

 

Dans un petit village français c’est l’hiver et une bande d’adolescents est en pleine introspection. Baptiste a 18 ans et se pose des questions, il se demande s’il est normal, lui qui a plus peur du présent que du futur. Pourtant, il y a bien un domaine qui lui fait peur, ce sont les filles, la romance et la sexualité. Contrairement à son ami Jørgen, Baptiste n’est jamais passé à l’acte. Il devrait avoir les hormones en ébullition, il devrait connaître ses premiers émois sexuels mais il n’y arrive pas, rien ne se passe. Et puis il y a Mathilde, Yulya et Jeanne, elles essayent de faire de leur mieux pour survivre à l’adolescence, pour ne pas être vues comme des aguicheuses ni comme des pucelles, pour ne pas être jugées uniquement sur leur sexualité, pour ne pas se faire avoir par les jeunes hommes. Il est loin le temps de l’amour” de Françoise Hardy et cette délicieuse insouciance, ici les relations sont graves, codées et sources de frustration.

 

Dans ce monde adolescent sans adulte à l’horizon, les échanges et monologues sont théâtraux, dramatiques. A cheval entre plusieurs époques et plusieurs mondes, le court métrage Coeurs sourds” d’Arnaud Khayadjanian est à l’image de ces jeunes gens, entre deux âges.

 

 

“Coeurs sourds” est à visionner sur Arte.