"Cocottes et courtisanes : dans l'oeil des peintres" sur Arte

Olympia d'Edouard Manet
Olympia d'Edouard Manet - © Tous droits réservés

Un reportage qui jette des ponts entre les artistes du XIXe siècle et celles que l’on nommait les femmes de petite vertu.

 

Au XIXe siècle, alors que la France nage en plein Second Empire, les moeurs de l’époque sont en contradiction avec le puritanisme ambiant. La prostitution connait un véritable essor, les filles de joie sont partout et Paris devient la capitale de la discipline horizontale. Quand les premières réglementations apparaissent avec l’interdiction de racolage, les maisons closes gagnent en importance. Pour illustrer cette époque très libérée, des peintres comme Edouard Manet, Pablo Picasso, Edgar Degas, Vincent Van Gogh et Henri de Toulouse-Lautrec étaient présents pour tirer le portrait des courtisanes en quête d’ascension sociale. Emile Zola aussi s’est inspiré d’elles et particulièrement d’une prostituée prénommée Nana, pour qui il avait un certain mépris. 

 

Des pierreuses qui arpentent les trottoirs aux danseuses parisiennes vendues par leurs mères en passant par les demi-mondaines, il existait alors bien des catégories de femmes qui vendaient leurs corps. La réalisatrice Sandra Paugam s’est intéressée à la relation entre l’art et la prostitution au XIXe siècle, une époque paradoxale sur bien des points : si la bourgeoisie fustige la pratique, elle en est la première bénéficiaire…

 

 

“Cocottes et courtisanes” est à voir sur Arte ou ci-dessous.