"Charleroi, le pays aux 60 montagnes" : de l'or dans les mains noires

"Charleroi, le pays aux 60 montagnes" : de l'or dans les mains noires
"Charleroi, le pays aux 60 montagnes" : de l'or dans les mains noires - © Tous droits réservés

Le réalisateur Guy-Marc Hinant rend un hommage vibrant et tout en sensation à sa ville de naissance, un lieu chargé d’histoire, de luttes sociales et porteur d’une identité forte.

 

Il y a quelques années, Charleroi a été qualifiée par-delà la frontière linguistique de “ville la plus moche du monde”. Pourtant, cette ville hennuyère, ancienne cité industrielle mérite mieux qu’un tourisme de fascination, elle n’a de laideurs que ce qu’on lui attribue comme telles. Alors faut-il renier le passé de Charleroi ou accepter ses cicatrices comme autant de richesses ? Depuis quelques années, la ville est en mutation et c’est ce tournant historique que Guy-Marc Hinant est allé filmer avec délicatesse et poésie. 

J'ai toujours voulu quitter Charleroi et toujours eu envie de filmer Charleroi - y capter les révolutions du temps.

Parce que le patrimoine et l’ADN de Châlèrwè (en wallon) se situent davantage dans ses luttes sociales que dans des lieux antiques peignant la grandeur d’un peuple éteint, les Carolos doivent composer avec les terrils et les usines désaffectées, marqueurs d’un temps où les ouvriers avaient les mains noires. Le réalisateur est allé à la rencontre de l’histoire de Charleroi à travers son architecture, sa population parfois délaissée, son essence socialiste, la langue wallonne en perdition et son club de football. Aujourd’hui, le pays noir semble renaître de ses cendres grâce à des ponts jetés entre son passé parfois douloureux et son futur qui s’annonce plus lumineux. La ville est en train de bouillir de l’intérieur, elle qui n’a toujours compté que sur elle-même, se réinvente en lieu de culture avec le Quai10 et l’émergence de musées et centres artistiques. Mais cela sera-t-il suffisant ? Charleroi semble se lancer dans un processus d’acceptation de son passé, un passage obligé pour son rayonnement annoncé. 

 

Ce documentaire signé Guy-Marc Hinant est une lettre d’amour à Charleroi, la ville qui l’a vu naître. Il tire aujourd’hui le portrait d’une cité en mutation en mêlant les plans contemplatifs et plus terre-à-terre, mêlant l’onirisme et la réalité du terrain. Un film à voir sans conteste pour tout ceux qui aiment Charleroi, souhaitent la découvrir ou se réconcilier.

 

 

“Charleroi, le pays aux 60 montagnes” de Guy-Marc Hinant

Première publique : le 8 novembre 2018 à 20h au Quai10 (Quai Arthur Rimbaud 10 - Charleroi)

Première bruxelloise : le 13 novembre 2018 à 20h30 à BOZAR (Rue Ravenstein 23 - Bruxelles)

+ Diffusion sur La Trois le 12 novembre à 21h05

Le film documentaire est une co-production entre le Centre Vidéo de Bruxelles, Riche, Riche & Riche et l’unité documentaire de la RTBF 

Dans le cadre du Mois du Doc