Cannes 2018 : Absents, polémiques, selfies... ce qu'il fallait retenir de la sélection

Xavier Dolan a préféré continuer le montage de "The Death and Life of John F. Donovan", plutôt que de présenter la version actuelle du film à Cannes
2 images
Xavier Dolan a préféré continuer le montage de "The Death and Life of John F. Donovan", plutôt que de présenter la version actuelle du film à Cannes - © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT - AFP

Lors de la conférence de presse du 71e Festival de Cannes, de grands noms du cinéma ont marqué par leur absence, la parité a été évoquée et les "selfies" crucifiés. 

Alors que la sélection officielle de la compétition du 71e Festival de Cannes vient d'être dévoilée ce jeudi 12 avril, plusieurs polémiques ont refait surface lors de la conférence de presse donnée par Thierry Frémaux et Pierre Lescure.

Time's Up s'invite à Cannes

Sur dix-huit films en sélection officielle, seules trois femmes seront en lice pour décrocher la palme d'or 2018. Une situation soulevée par les journalistes présents et commentée par Thierry Frémaux et Pierre Lescure : "Il n'y aura jamais de sélection en discrimination positive". Le délégué général du Festival ainsi que son président ont affirmé l'importance d'une parité au sein des comités de sélection : "les comités de sélection ont été rééquilibrés". Tout en affirmant leur intransigeance quant à la qualité des films en compétition indépendamment du sexe du cinéaste : "Les films qui ont été sélectionnés, l'ont été pour leur qualité propre."

Bien que le Festival n'a pas pour "vocation ni légitimité ni compétence à évoquer ces questions-là survenues après la tempête d'Harvey Weinstein et de quelques autres", Thierry Frémaux a annoncé la présence de plusieurs organisations pour évoquer ce sujet en affirmant vouloir donner la parole "à ceux dont c'est le combat". 

Seule une femme a remporté la Palme d'or, Jane Campion pour son film "La Leçon de piano" en 1993.

Pourtant rien n'est encore gravé dans le marbre puisque Thierry Frémaux a déclaré que d'autres films seront annoncé pour intégrer la sélection dans les jours à venir.

Les grands absents de la sélection

Une annonce qui pourrait être de bonne augure pour le film de Lars von Trier, "The House That Jack Built". Porté à l'écran par Matt Dillon et Uma Thurman, le film fait partie pour le moment des grands absents de la compétition cannoise. Le réalisateur danois n'est pas le seul à avoir été mis de côté. Xavier Dolan ne montera pas les célèbres marches lors de cette 71e édition pour son film "The Death and Life of John F. Donovan", pour lequel le réalisateur a coupé Jessica Chastain au montage : "Comme vous le savez le montage du film a été complexe. Nous avons vu le film. Nous souhaitions l'inviter mais il est reparti au montage. Il a dit qu'il ne souhaitait pas présenter ce film-là", a déclaré Thierry Frémaux. Le délégué général du Festival a tenu à mettre un terme aux rumeurs qui leur prête de mauvaises relations en affirmant : "C'est comme un petit frère. On se parle tout le temps". Le long-métrage de Dolan sera disponible à l'automne laissant ainsi une possible participation aux Oscars : "J'espère pour lui que ça sera pour un placement aux Oscars", a ajouté Thierry Frémaux.

Jacques Audiard ne participera pas à la course à la Palme d'Or pour des questions "stratégiques" : "C'est un film très cher, produit par les Américains, et encore soumis à des ventes" a dévoilé Thierry Frémaux. Encore en montage, "Les Frères Sisters" sortira à l'automne avec un casting de choix mené par Joaquin Phoenix et Jake Gyllenhaal.

Les selfies seront interdits

C'est l'une des polémiques qui avait déjà ébranlé le festival en 2017. Les "selfies" ne seront plus tolérés sur le tapis rouge. L'une des raisons avancées concerne le flux des spectateurs, qui ralenti considérablement la montée des marches. Pierre Lescure est allé jusqu'à qualifier ces selfies d'"irrespectueux" : "9 fois sur 10, c'est moche", a-t-il rajouté devant un parterre de journalistes. Afin d'endiguer ce phénomène, les organisateurs prendront des mesures drastiques : "Ceux qui en feront, seront raccompagnés à leur hôtel, à leur voiture, dans la rue... Mais en tout cas, ils ne verront pas les films", a déclaré avec humour Thierry Frémaux, déclenchant les rires des journalistes. Thierry Frémaux a joliment conclu : "A Cannes, on vient pour voir et non pour se voir".