Cannes 2017: cinq moments forts de la cérémonie de clôture

Will Smith
Will Smith - © ALBERTO PIZZOLI - AFP

De cette cérémonie d'une rare sobriété, on retiendra la joie intense du Suédois Ruben Östlund, Palme d'or avec "The Square", l'émotion de Diane Kruger, la décontraction de Joaquin Phoenix, la bonne humeur de Will Smith, le prix spécial de Nicole Kidman et l'absence de Sofia Coppola.

Diane, Lynne, Sofia et Nicole, les reines de Cannes

La 70 édition du Festival de Cannes a réservé une place d'honneur aux femmes. La première a été Léonor Serraille, récompensée par la Caméra d'or pour son premier film "Jeune femme". Est également montée sur la scène cannoise la Britannique Lynne Ramsay, Prix du scénario pour "You Were Never Really Here" (ex-aequo avec "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos).

Diane Kruger, prix d'interprétation féminine pour "In the Fade", "submergée par l'émotion" a tenu à remercier son réalisateur, son "frère", l'Allemand Fatih Akin, et à rendre hommage aux victimes du terrorisme, sujet du film. "Je ne peux toucher ce prix sans penser à tout ceux qui ont été touchés par le terrorisme. Vous n'êtes pas oubliés."

Absente de la cérémonie, Sofia Coppola, prix de la mise en scène pour "Les Proies", a, elle, rendu hommage à ses parents dans un mot lu par l'un des membres du jury Maren Ade. "Merci à mon père, qui m'a appris à écrire et qui a partagé avec moi son amour du cinéma et à ma mère, qui m'a encouragée à être une artiste".

Autre reine de la soirée, l'actrice Kidman s'est vue honorée d'un prix spécialement remis à l'occasion du 70e anniversaire de Cannes. "Merci de me faire cet honneur, de reconnaître mon travail", a annoncé dans une vidéo celle qui a présenté sur la Croisette cette année trois films et une série.

"120 battements par minute", la Palme du public

Grand Prix de cette 70e édition, le film de Robin Campillo a eu droit à une ovation du public. Très applaudi, le réalisateur français a rendu hommage à "ceux qui sont morts et ceux qui sont toujours là aujourd'hui, qui ont des traitements lourds et ont dû mettre leur vie entre parenthèses". 

Chaleureusement accueilli sur la Croisette lors de sa projection, "120 battements par minute" évoque les premières années de l'association anti-sida Act Up Paris à travers ses militants et leur travail. Le long métrage faisait partie des favoris à la Palme d'or.

Joaquin Phoenix en toute décontraction

C'est Converse aux pieds que l'acteur américain est monté sur la scène pour recevoir son prix d'interprétation masculine. "Merci, ce prix est complètement inattendu, comme en témoignent mes chaussures. J'avais renvoyé en avion mes souliers vernis", explique celui qui a été ovationné pour sa prestation dans "You Were Never Really Here" de Lynne Ramsay.

Ruben Östlund, un gagnant survolté

Ruben Östlund a su séduire la salle avec son humour et son happening. Parlant très fort, le réalisateur suédois, Palme d'or avec "The Square", n'hésite pas à envoyer des baisers au jury, à remercier toute son équipe et sa femme et amuse la salle en demandant aux photographes et cameramen de se tourner vers le public pour prendre une photo. 

L'humour de Will Smith

Lui aussi n'a pas manqué d'humour tout au long du festival. Se prêtant facilement au jeu des photos et autographes, l'acteur hollywoodien a contaminé le jury et le festival avec sa bonne humeur. Ce soir, il a déclenché les rires de la salle en imitant Nicole Kidman recevant son prix.

Le Russe Andrey Zvyagintsev, prix du jury avec "Faute d'amour", a quant à lui tenu à remercier "tous les membres du jury et surtout Will Smith. En fait, il existe vraiment".


AFP