Cannes 2016 : l'engagement politique de Sean Penn et l'horreur stylisée de Nicolas Winding Refn vendredi 20 mai

Charlize Theron et Javier Bardem sont les héros de "The Last Face", dernier film de Sean Penn.
Charlize Theron et Javier Bardem sont les héros de "The Last Face", dernier film de Sean Penn. - © Mars Films

L'avant-dernier jour du Festival marquera l'entrée en compétition de deux réalisateurs patiemment attendus sur la Croisette: "Sean Penn" avec "The Last Face" et Nicolas Winding Refn avec "The Neon Demon".

Neuf ans après "Into the Wild", l'Américain Sean Penn livre son cinquième long métrage en tant que réalisateur, son deuxième a être sélectionné en compétition officielle après "The Pledge" en 2001. "The Last Face" reflétera l'engagement politique de la star hollywoodienne en traitant d'une histoire d'amour avec le Libéria ravagé par la guerre comme toile de fond.

Charlize Theron et Javier Bardem incarnent une directrice d'ONG et un médecin humanitaire qui tombent amoureux l'un de l'autre. Mais leurs visions différentes sur les solutions à adopter pour régler le conflit risquent de compromettre leur histoire. Les Français Jean Reno et Adèle Exarchopoulos leur donnent la réplique.

Déjà auréolé d'un prix d'interprétation à Cannes en 1997 pour "She's so Lovely" de Nick Cassavetes, Sean Penn a également fait tourner son fils, Hopper Penn.

Dans un style diamétralement différent, Nicolas Winding Refn dévoile "The Neon Demon", un film d'épouvante et d'horreur mêlant l'hémoglobine aux strass et paillettes du milieu de la mode. La jeune Elle Fanning prête ses traits à Jesse, qui déménage à Los Angeles pour concrétiser son rêve de devenir mannequin. Elle devient l'objet de tous les désirs de femmes jalouses et obsédées par sa beauté.

Keanu Reeves et Christina Hendricks participent également au film, qui marque la troisième sélection du Danois à Cannes après "Drive", prix de la mise en scène en 2011, et "Only God Forgives" deux ans plus tard.

La section La Quinzaine des réalisateurs clôturera de son côté sa 48e édition avec la projection de "Dog Eat Dog", film de truands et de mafieux avec Nicolas Cage et Willem Dafoe. Le film est signé par Paul Schrader, réalisateur de "American Gigolo" et scénariste de films de Martin Scorsese, dont "Taxi Driver".