"Caldeira" ou le bouillonnement intérieur

"Caldeira" ou le bouillonnement intérieur
"Caldeira" ou le bouillonnement intérieur - © Tous droits réservés

Le court métrage de trois étudiantes des Gobelins est une histoire de rivalité entre soeurs et de volcan en activité.

 

Une caldeira est une dépression qui a lieu au coeur des volcans à cause d’une éruption qui vide la chambre magmatique du dessous, il s’agit d’une auto-destruction. Le nom provient du latin caldaria qui signifie “chaudron”, un terme tout à fait approprié à cette notion et au court métrage réalisé par trois étudiantes des Gobelins, Julie Bousquet, Estelle Hocquet et Catherine Manesse et mis en ligne en octobre 2018. 

 

Le récit suit une jeune femme volcanologue qui part en expédition avec une équipe sur les flancs d’un volcan en activité. Sur le trajet, les autres scientifiques comparent Inès à sa soeur. Ponctué de flash-backs de son enfance, la mission prend des allures de bataille contre le temps et le passé. Alors qu’elle a toujours suivi sa soeur avec beaucoup d’appréhension lors des missions volcaniques, la jeune volcanologue veut prouver son courage et s’aventure près du noyau, le chaudron. A l’image du volcan, Inès est en ébullition, revancharde, déterminée. Mais cette expédition ne sert pas seulement à prouver sa valeur, elle fait aussi partie d’un autre processus plus douloureux.

 

Sur fond de rivalité et de revanche et avec une esthétique japonisante, des superbes paysages et des couleurs profondes, “Caldeira” apparaît comme un film classique parfaitement exécuté. La trame parvient à faire monter l’intensité émotionnelle en parallèle de l’ascension, distillant une jolie métaphore sur l’effort personnel et psychologique.

 

“Caldeira” (2018) de Julie Bousquet, Estelle Hocquet et Catherine Manesse est à voir sur la chaîne YouTube des Gobelins.