"Ça", "Jessie", "Castle Rock"... A 70 ans, Stephen King reste une source inépuisable pour Hollywood

Stephen King fêtera son 70e anniversaire jeudi 21 septembre. Malgré ses 70 printemps, l'auteur américain passé maître en matière d'horreur et de suspense demeure l'un des auteurs les plus adaptés au petit comme au grand écran.

Inutile de le présenter. Stephen King, c'est plus de 40 ans de carrière et plus de 350 millions de livres vendus aux quatre coins du globe. Depuis son premier roman, "Carrie", paru en 1974, ce natif du Maine a pondu plus de cinquante romans, dont "Shinning", "Misery", "Le Fléau", "La Tour sombre" ou "La Ligne verte". Et tous ses succès en librairie ont connu au moins une adaptation, plus ou moins réussie, au cinéma ou à la télévision.

A 70 ans, le romancier n'a rien perdu de son influence. Rien que cette année, quatre adaptations ont déjà été révélées au public : deux séries "The Mist", adaptées du roman "Brume", et "Mr Mercedes", et deux films, "La Tour sombre" et "Ça".

Un bon démarrage aux Etats-Unis

Dévoilé aux Nord-Américains le 8 septembre dernier, "Ça" a enregistré le troisième meilleur démarrage de l'année avec 117,1M$ récoltés. Salué par les critiques anglo-saxonnes et adoubé par Stephen King en personne, le film représente la deuxième adaptation de ce roman, dans lequel des enfants d'une petite ville affrontent un clown maléfique, après un téléfilm diffusé en 1990 sur la chaîne ABC.

Ce succès, qui intervient après l'accueil plus mitigé en août de "La Tour sombre", devrait accélérer la production de la deuxième partie, pour l'instant fixée en 2019.

La King Mania déferle sur Netflix

La plate-forme VOD apportera une cinquième adaptation le 29 septembre prochain avec "Jessie", déclinaison du roman éponyme. Carla Gugino ("Sin City", "Spy Kids") tient le rôle-titre, celui de Jessie Burlingame, une femme qui se retrouve seule, menottée au lit d'une maison isolée en pleine campagne, à la suite de la mort accidentelle de son mari pendant un ébat sexuel.

Spécialiste des films d'horreur, Mike Flanagan ("Ouija : les origines") a mis en scène cette déclinaison, qui embarquera également Bruce Greenwood ("American Crime Story").

A la télé avec JJ Abrams

Fébrilement attendue par l'ensemble des fans de Stephen King et de JJ Abrams, la série "Castle Rock" fera son arrivée sur la plateforme Hulu en 2018. Ce projet n'est pas une adaptation du romancier à proprement parler. Le drama mélangera des personnages et des thèmes chers à Stephen King.

Le teaser, présenté en février dernier par la société de productions de JJ Abrams, Bad Robot, faisait d'ailleurs plusieurs références aux classiques de Stephen King. Le nom d'Annie Wilkes, l'infirmière de "Misery", y apparaît, tout comme ceux de Danny Torrance, le garçon de "Shinning", John Caffey de "La Ligne verte" ou Pennywise, le clown de "Ça".

"Castle Rock" tient son nom d'une ville imaginaire créée par Stephen King. Situé dans le Maine, le lieu a servi de décor à plusieurs récits de l'Américain, dont "Dead Zone", "Cujo", "La Part des ténèbres" ou "Bazaar". La ville est également évoquée dans "Sac d'os", "Ça" ou "Dôme".