BIFFF : “Hail Satan?”, un documentaire qui vante les mérites... du satanisme

Avez-vous accepté Satan dans votre cœur ? Connaissez-vous sa bonne parole ? La réponse est sans doute non, mais soyez prêts : à l'issue du documentaire "Hail Satan?" il est fort probable que la question "Suis-je sataniste?" flotte dans votre esprit.

C'est dans le drôle de monde du Temple Satanique américain que nous entraîne la réalisatrice Penny Lane — une institution qui ne ressemble pas vraiment à ce qu'on pourrait en attendre. Oh bien sûr ses membres ont un goût prononcé pour les habits noirs, le heavy métal et les cérémonies lugubres. Mais lorsque ce groupe-là récolte du sang, ce n'est pas pour accomplir quelque néfaste objectif, mais pour subvenir aux besoins de l'hôpital du coin. Et s'ils se présentent comme les suppôts de Satan, ce n'est pas parce qu'ils sont convaincus de l'existence d'un diable rouge à cornes mais parce qu'ils voient dans cet adversaire biblique une façon de lutter contre le pouvoir religieux dans leur pays.

Farouches défenseurs de la séparation de l'Église et de l’État, ils ont leur manière bien eux à de militer pour la liberté de culte. Lorsqu'un politicien tente d'ériger un monument des 10 commandements près du Capitole de son état, leur réaction est de faire construire une statue en bronze haute de plusieurs mètres à la gloire de Baphomet, arguant qu'une statue diabolique a autant sa place près du siège législatif qu'un monument chrétien. Difficile de ne pas sourire face à cet activisme provocateur et blasphématoire, mais humoristique, qui sème le chaos dans les habitudes théocratiques des États-Unis. Fauteurs de troubles, pitres du système et orateurs passionnants, ils s'approprient l'iconographie religieuse pour mieux la retourner contre ceux et celles qui font de leurs croyances des lois.

Déconstruisant complètement l'image que les satanistes ont dans les médias et la culture populaire, "Hail Satan?" parvient même à nous rendre le mouvement sympathique. Présenté comme un havre pour les personnes marginales et ouvertes d'esprit, le Temple Satanique s'impose comme une organisation particulièrement progressiste : on y défend vaillamment les droits LGBTQI+, le consentement, la justice et la non-violence.

Le Temple Satanique, un paradis sur Terre ? Presque. Quelques dissensions entre les membres pointent le bout du nez, lorsque face à l'ampleur du mouvement, l'élaboration de règles s'impose. C'est un aspect que Penny Lane n'élude pas, mais aborde assez brièvement, au point qu'on serait tenté de reprocher à la cinéaste d'avoir une approche plus admirative que véritablement interrogative. Mais après avoir été pendant tant d'années la cible des médias et de mouvements de paniques absurdes, le mouvement méritait bien un documentaire pour déjouer les préjugés qui existent à son égard. Hail Satan ? Hail Satan !

 

Le film est à découvrir jusqu'au 18 avril sur la plateforme en ligne du BIFFF.