BIFFF debrief : "Zoo", couple au bord de la crise de nerf et apocalypse bébé

BIFFF debrief : “Zoo”, couple au bord de la crise de nerf dans une apocalypse zombie
2 images
BIFFF debrief : “Zoo”, couple au bord de la crise de nerf dans une apocalypse zombie - © Tous droits réservés

La comédie satirique post-apocalyptique était diffusée jeudi soir au BIFFF en présence du réalisateur, du producteur et de l’acteur principal. “Zoo” concourt dans la catégorie Méliès du meilleur film européen. 

 

Dans une grande métropole nordique, un couple bat de l’aile. John, un professeur d’université et Karen, une ancienne employée de la police à la section des preuves, ne s’entendent plus du tout depuis qu’ils ont perdu leur enfant. Karen évite son mari le plus possible et passe sa journée à boire du vin rouge et broyer du noir. Elle s’apprête à le quitter et demander le divorce quand un événement inattendu frappe la ville. Après qu’un projectile troue le toit de leur salle de bain, le couple découvre qu’un avion a foncé et explosé dans l’immeuble en face de chez eux. Dans le même temps, une bande de zombies commence à dévorer tous les êtres humains aux alentours en les contaminant au passage.

Karen et John n’ont pas d’autres choix que se claquemurer dans leur appartement et attendre l’arrivée des secours. Mais ceux-ci se font vraiment attendre, le couple part alors en mission pour trouver des vivres chez leurs voisins. Dans le grand immeuble, tout le monde a déserté, hormis les morts-vivants peu sympathiques qui peuplent les couloirs. Dans l’adversité d’une fin du monde annoncée, Karen et John vont devoir se serrer les coudes tout en s'en mettant plein dans le nez. Ils ont trouvé dans la cocaïne un peu de poudre aux yeux. Doit-on attendre la fin du monde pour renouer des liens avec son ou sa conjoint.e ?

 

 

Après LFO en 2013 et Robin en 2017, le Suédois Antonio Tublén revient avec un film entièrement façonné par ses soins puisqu’il l’a écrit, réalisé et a composé la bande son. Zoo est une comédie noire sympathique qui se joue sur fond de fin du monde. L’humour décalé aux senteurs britanniques sûrement apportées par l’accent de l’acteur Edward Speleers se marie à merveille avec l’intrigue d’épidémie qui inquiète nos deux protagonistes. Le réalisateur nous plonge en huis-clos dans un intérieur bourgeois et enferme ses deux personnages qui ne se supportent plus pour les mettre face aux réalités de leur couple. Devant les différentes épreuves, ils parviennent à se serrer les coudes et vont jusqu’à tuer main dans la main. Le couple au bord de la crise de nerf se révèle à nos yeux conquis comme des Bonnie & Clyde chez les zombies. Dommage que le dernier quart mièvre et romantique ne vienne sucrer et allonger le tout, cassant l’acidité d’un bon film noir.

 

"Zoo" (2018) d'Antonio Tublén était diffusé en première belge et fait partie de la Compétition Méliès.