"Ava" ou l'ardeur d'une adolescente filmée avec panache

A 13 ans, Ava apprend qu'elle perd progressivement la vue. Une annonce choc qui va l'obliger à grandir plus vite, au cours d'un été brûlant filmé par une nouvelle venue Léa Mysius, avec une révélation, la jeune Noée Abita.

Pour son premier long métrage, présenté à la Semaine de la critique à Cannes di, la réalisatrice a imaginé une histoire où la perte de la vue va de pair avec l'éveil des sens.

Adolescente renfrognée, Ava s'ennuie au bord de la plage et s'agace de voir sa mère, très à l'aise avec son corps et flirtant avec les vacanciers. 

Jusqu'à sa rencontre avec un chien noir aux allures de loup et son propriétaire, Juan, un jeune garçon en fuite.

Une scène où s'entrechoque l'artificiel (du monde balnéaire) et le sauvage (du chien), explique Léa Mysius, et qui va déclencher la mue de son héroïne.

"Je voulais qu'Ava ait 13 ans, qu'elle soit un petit peu trop jeune. Avec la cécité, elle est pressée de grandir", a expliqué la réalisatrice, qui a écrit plusieurs scénarios avec Arnaud Desplechin, dont "Les fantômes d'Ismaël".

A mesure que sa vue baisse, Ava va s'émanciper et réveiller la sauvageonne en elle, comme lors d'une scène où, barbouillée d'argile, elle va rançonner des vacanciers avec Juan, avant de vivre d'amour et d'eau fraîche. C'est d'ailleurs cette scène qui a été choisie pour l'affiche du film.

Film sur le corps, "Ava" se déroule exclusivement au cours d'un été baigné de soleil au bord de l'océan. Le film doit beaucoup à ses acteurs, dont Laure Calamy en mère maladroite et Juan Cano dans celui du jeune amant d'Ava.

Révélation

À 18 ans, Noée Abita explose à l'écran. La jeune fille, qui passe son bac en ce moment, a été découverte un peu par hasard lors d'un casting. Elle n'avait jusqu'ici jamais tourné, ni fait de théâtre.

Pour se mettre dans la peau d'Ava, "on a beaucoup travaillé sur le corps, sur sa posture, tête rentrée, avec des petits pas, à la manière d'une enfant", explique-t-elle à l'AFP. "C'est très intéressant de redevenir une fille de 13 ans", souligne celle qui fait bien plus jeune que son âge.

Si les scènes de nu ne l'ont pas effrayée outre mesure, elle appréhendait en revanche une scène plus littéraire où son personnage lit face caméra des extraits de son journal intime, passant d'une émotion à une autre. 

"J'ai adoré jouer Ava, devenir quelqu'un d'autre. C'est rare de rentrer dans la tête de quelqu'un. Là, je devenais quelqu'un avec d'autres pensées, une autre vie, d'autres peurs, tout...", s'exclame-t-elle.

Une fois son bac en poche, elle espère intégrer un conservatoire pour apprendre le métier. Elle aura aussi un petit rôle dans le prochain film de Gilles Lellouche mais a envie de prendre son temps. 

"J'ai envie d'attendre un peu, de faire un projet que j'adore, je ne suis pas pressée. Ce que j'ai aimé avec +Ava+, c'est le genre de film qui te remue la conscience", souligne l'actrice.


AFP