"A Taxi Driver" : la vérité à la manoeuvre

“A Taxi Driver” : la vérité à la manoeuvre
“A Taxi Driver” : la vérité à la manoeuvre - © Tous droits réservés

Le Festival du Film Coréen s’est ouvert hier soir à BOZAR dans une salle comble pour découvrir le film qui défraye le box-office sud-coréen : “A Taxi Driver” de Jang Hoon. Une réussite.

 

1980, Corée du Sud, un soulèvement instigué par les étudiants contre la loi martiale a lieu à Gwangju. A Séoul, même si des jeunes manifestent, la vie est bien plus calme. On y suit le quotidien d’un chauffeur de taxi qui élève seul sa fille et qui fait face à quelques difficultés financières. Alors, quand il entend qu’un client étranger propose une grosse somme pour le chauffeur qui voudra bien l’emmener à Gwangju, il saute sur l’occasion et grille même la priorité à des collègues. Cet étranger est en fait un journaliste allemand, Jürgen Hinzpeter, qui a entendu des rumeurs sur Gwangju et voudrait bien aller vérifier sur place ce qu’il se trame. Entre le chauffeur et le reporter, ce n’est pas vraiment l’entente parfaite, les deux ne parlant pas la même langue. Mais une fois qu'ils ont franchi avec chance les barrières autour de la petite ville, les deux découvrent les malheureux évènements. Les étudiants et habitants de Gwangju subissent une cruauté incroyable de la part des militaires. Hinzpeter va alors recueillir le maximum d’images pour informer le monde de ce qu’il se passe réellement. Le chauffeur de taxi, au départ frileux et pas très courageux va s’avérer le meilleur allié du journaliste et fera tout pour que les précieuses informations ressortent du pays.

 

Ce film a donc été choisi pour ouvrir le Festival du Film Coréen, qui court jusqu’au 30 septembre. Et ce n’est pas vraiment anodin puisqu’il représente le “mainstream” coréen, il s’agit d’un drame historique teinté d’humour, le tout savamment dosé. Jang Hoon a décidé de prendre comme thème central le soulèvement de Gwangju, un fait qui a profondément marqué le pays mais qui est assez peu connu en Europe. Le réalisateur rend hommage à ce chauffeur de taxi Kim Sa-bok, qui a lui aussi mis sa vie en jeu pour faire éclater la vérité au grand jour. C’est un vrai beau film qui connaît un très grand succès en Corée du Sud, 10 millions de spectateurs l’ont déjà visionné, ce qui propulse “A Taxi Driver” comme le film le plus vu de l’année. A Bruxelles mercredi, ce film a semblé plaire au public venu en nombre et c’est une bonne nouvelle pour le cinéma coréen plus mainstream qui va peut-être de plus en plus passer la frontière.