"Three Women" : les femmes derrière les barreaux

"Three Women" : les femmes derrière les barreaux
"Three Women" : les femmes derrière les barreaux - © Tous droits réservés

Réalisé en 2005 et désormais disponible en streaming, le documentaire de Kristof Bilsen et Daniël Billiet est un saisissant portrait de trois femmes en prison.

Leurs noms sont Ankje, Yoko et Niki c'est avec candeur qu'elles déambulent devant la caméra. Vives et complices, elles s'imposent très rapidement comme des figures attachantes. Ce n'est qu'après quelques minutes que le documentaire nous révèle ce qui les réunit : elles sont toutes les trois détenues dans la prison de Gand. Leurs crimes sont différents, mais chacune d'elle a été accusée d'avoir participé — directement ou indirectement — à un meurtre.

"Lorsque je me regarde dans le miroir, je n’ai pas l’impression que mes crimes me ressemblent" témoigne l'une d'elles. Un sentiment qui sera sans doute partagé par les spectateurs et spectatrices du film. Il est difficile de réconcilier l'image qu'elles renvoient avec les actes dont elles sont accusées. Pourtant, aucune d'entre elles ne nie les crimes qui l'ont amené derrière les barreaux. Filmées en gros plan pour mieux saisir le moindre mouvement de leur visage, elles évoquent à demi-mot l'irréparable, exprimant leurs regrets avec une sincérité qui n'a pas l'air d'être feinte. En les écoutant, on commence à comprendre à quel point leur parcours, souvent marqué par de multiples traumatismes, a contribué à faire d'elles des criminelles.

Tout en évitant d'excuser leurs actes, le film porte sur ces trois femmes un regard profondément empathique. Sur leur passé évidemment, mais aussi sur leur situation actuelle et à venir. Condamnées à de lourdes peines, elles vivent leur réclusion comme un fardeau que rien ne peut occulter. Le film, attaché à leur perspective, multiplie les plans au ralenti sur leur aliénant lieu de vie. Difficile de ne pas sourire lorsque l'une d'elles évoque avec espièglerie ses velléités d'évasion.

Toutes les trois ont des désirs et des envies qui dépassent les murs de la prison, et auquel le film accorde une vraie place. L'ambition évidente des cinéastes Kristof Bilsen et Daniël Billiet est de nous nous rappeler qu'elles ne sont pas que des meurtrières, mais des femmes qui souffrent, rêvent, regrettent et espèrent. Objectif accompli  : aussi troublant que touchant, "Three Women" nous livre trois portraits qu'il sera difficile d'oublier.

"Three Women" est à découvrir sur Sooner et dans l'offre Premium d'Auvio.