"Le fantôme de Spandau" : le nazi et l'aumônier

"Le fantôme de Spandau" : le nazi et l'aumônier
2 images
"Le fantôme de Spandau" : le nazi et l'aumônier - © Tous droits réservés

Le documentaire de Marie Calvas et Idriss Gabel nous plonge au cœur d'une étrange relation, entre deux hommes que tout devrait opposer.

Jusqu'où peut aller le pardon ? Qui peut l'accorder ? Ces questions (et d'autres) sont au centre du documentaire “Le fantôme de Spandau”, qui s'intéresse à la relation entre Charles Gabel, aumônier défendeur de valeurs humanitaires, et Rudolf Hess, haut dignataire nazi, proche d'Adolf Hitler et détenu de la prison interalliée de Spandau. De 1977 à 1986, le pasteur fut la seule personne à pouvoir le visiter sans la surveillance étroite des gardiens, et s'est lié d'amitié avec cet homme qui joua un terrible rôle dans l'Histoire.

Pour s'attaquer à cette curieuse relation, on retrouve derrière la caméra Idriss Gabel et Marie Calvas, qui ne sont nul autre que les petits-enfants de l'aumônier. Interrogé par ceux-ci, Charles Gabel se révèle un personnage expansif, généreux en détail sur l'emprisonnement de Hess, mais également plus opaque quand vient l'heure d'expliquer son amitié. Il défend celle-ci sur base de ses valeurs (l'amour de son prochain et l'importance du pardon), tout en éludant le fait qu'il s'est battu pour un homme qui n'a jamais vraiment renié ses horribles actes.

Ce point, les cinéastes ne manquent pas de le souligner, faisant preuve d'un bel esprit critique à l'égard de leur propre grand-père. On pourra cependant regretter que, dans leur enquête familiale, ils ne soient pas allés plus loin : plusieurs choses restent enfouies dans ce récit, tant sur le plan historique que sur le plan thématique.
 

Le fantôme de Spandau est à découvrir en VOD sur le plateforme Sooner.