Le cinéma Palace rouvre

Le cinéma Palace renaît au 85 du boulevard Anspach à Bruxelles. Réouverture le 28 février.
8 images
Le cinéma Palace renaît au 85 du boulevard Anspach à Bruxelles. Réouverture le 28 février. - © THIERRY ROGE - BELGA

Le cinéma Palace renaît au 85 du boulevard Anspach à Bruxelles. Réouverture le 28 février d’un lieu à la mémoire séculaire.

En 1913, le producteur français Charles Pathé, pionnier de la distribution cinématographique, commande la réalisation du Palace à l’architecte Paul Hamesse, un disciple de Paul Hankar. Le Pathé Palace est à l’origine un complexe de divertissement polyvalent sur le modèle des théâtres à l’italienne. Au fil du siècle et des aménagements successifs, les salles " à l’italienne " feront place à des salles " modernes ". Le Palace gardera de son architecture Art Nouveau la façade et le foyer Hamesse, classés par la Commission royale des Monuments et Sites en 1997. En 2001, la Communauté française acquiert le bâtiment après un bras de fer avec la communauté flamande. Le projet de transformer le lieu en cinéma d’art et essai germe en 2001. L’asbl Le Palace présidé par Luc Dardenne œuvre à la réalisation du projet et l’Atelier d’architecture Alain Richard assure la réhabilitation de l’espace.

Le Palace comprend quatre salles de projection très confortables de 60, 84, 139 et 373 places, un bar et un restaurant. La programmation suivra trois axes. Les sorties de films d’auteur, les projections événementielles et les activités éducatives et citoyennes. Un équilibre est à trouver entre du cinéma d’auteur et des films plus grand public, explique Nicolas Gilson, programmateur. L’idée est aussi de s’ouvrir aux blockbusters qui tendent vers le cinéma d’auteur. Le documentaire et le court-métrage seront aussi programmés. Le Palace est une nouvelle salle d’art et essai qui devra cohabiter avec le géant UGC et collaborer avec d’autres structures comme le Vendôme, la Cinematek et le P’tit Ciné pour trouver sa propre identité.

Luc Dardenne, président de l’asbl Le Palace, au micro de Pascal Goffaux