Le "Don Quichotte" de Terry Gilliam peut sortir en salles, selon son distributeur

Les droits du film, candidat à une sélection au prochain festival de Cannes, font l'objet d'un contentieux juridique entre Terry Gilliam (photo) et Paulo Branco. La cour d'appel de Paris, qui a examiné l'affaire mercredi, rendra sa décision le 15 juin
Les droits du film, candidat à une sélection au prochain festival de Cannes, font l'objet d'un contentieux juridique entre Terry Gilliam (photo) et Paulo Branco. La cour d'appel de Paris, qui a examiné l'affaire mercredi, rendra sa décision le 15 juin - © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La malédiction de Don Quichotte continue-t-elle ? Les droits du film très attendu film de Terry Gilliam, candidat à une sélection au prochain festival de Cannes, font actuellement l'objet d'un contentieux juridique entre Terry Gilliam et Paulo Branco. La cour d'appel de Paris, qui a examiné l'affaire mercredi, rendra sa décision le 15 juin.

"S'ils s'aventurent à sortir le film avant le 15 juin, je demanderai l'interdiction de cette sortie", a prévenu pour sa part l'avocate de M. Branco, détenteur des droits sur ce film.

Le distributeur français de "L'homme qui tua Don Quichotte", a cependant assuré jeudi à l'AFP qu'il pouvait sortir en salles en dépit du conflit judiciaire qui oppose le réalisateur britannique au producteur Paulo Branco. "Le film peut sortir, sauf à ce que M. Branco puisse obtenir en référé une interdiction (...) qu'il n'a jamais recherché", a déclaré à l'AFP le président d'Océans Films Distribution, Philippe Aigle, le distributeur du film en France.

Selon lui, "le film peut parfaitement être présenté par le festival de Cannes: nous attendons leur réponse". Selon Terry Gilliam, les organisateurs du festival ont vu ce film et "ils ont dit qu'il était magnifique".

"On ne peut pas distribuer un film dont on ne détient pas les droits", a pour sa part martelé à l'AFP l'avocate du producteur, Claire Hocquet. Selon elle, "le film n'est pas exploitable, même dans un festival" car il s'agirait d'une "promotion" pour le film. "Pour sortir ce film, il suffirait de se mettre autour d'une table avec nous", a-t-elle ajouté.

Cet épisode judiciaire n'est pas le premier problème rencontré par Terry Gilliam pour ce projet. Après une premier tournage chaotique avorté en 2000 (qui avait donné lieu au documentaire "Lost in La Mancha"), le réalisateur avait cédé ses droits en 2016 à Paulo Branco et à sa société Alfama Films, basée à Paris. Mais après plusieurs désaccords, le réalisateur a souhaité résilier ce contrat et pour ce faire a saisi la justice française. Il n'a cependant pas obtenu gain de cause en première instance.

 

Une première bande-annonce du film a été mise en ligne jeudi :