"Hors de l'eau" : dans la tête d'une mère

“Hors de l’eau” : dans la tête d’une mère
“Hors de l’eau” : dans la tête d’une mère - © Tous droits réservés

Le court métrage d’animation est le film de fin d’années d’étudiants des Gobelins qui présentent ici un récit maternel à la première personne.

 

Un petit macaque est bien au chaud dans les bras de sa mère. Soudain, il se réveille et ouvre ses yeux jaunes perçants. Il se lève et part explorer les alentours. Dans les plaines enneigées du Japon, un groupe de singes attend, dans une atmosphère à la fois paisible et inquiétante. Les animaux semblent attendre quelque chose et alors que les petits macaques jouent, le mâle dominant surgit. Bientôt, le groupe se met en route. Les singes se déplacent dans la tempête sur un chemin glissant, auprès de rapaces sporadiques. Le chef des singes s’attèle à dissuader les éventuels déserteurs en montrant les dents. Le route est longue pour le petit singe et sa mère, qui n’a qu’une seule obsession, la survie. Dans le froid irradiant, le groupe trouve une source d’eau chaude qui apaise pour un temps les tensions.

 

Le court métrage glaçant “Hors de l’eau” adopte la vue à la première personne, celle de la mère singe. Dans un silence glaçant où la tension est constante, elle lutte pour la survie de son petit et sa protection. Alors qu’elle se pensait en sécurité au sein du groupe et en danger vis-à-vis des éléments extérieurs, c’est de l’intérieur que le danger arrive. Issu du travail d’un groupe d’étudiants des Gobelins, le court métrage d’animation dévoile une très belle maîtrise et l’adoption d’un point de vue singulier pour vivre l’histoire avec ses tripes. 

 

 

Regardez le court métrage “Hors de l’eau” (2018) de Simon Duong Van Huyen, Joël Durant, Thibault Leclercq, Valentin Lucas et Andrei Sitari sur YouTube ou ci-dessous :