Vincent Lacoste dans "Mes jours de gloire" : "Le cinéma, on a toujours peur que ça s'arrête"

En 2009, Vincent Lacoste crevait l’écran dans "Les beaux gosses" de Riad Sattouf. Depuis lors, il a cherché à varier les registres, dans les comédies les plus diverses (de "Astérix au service de Sa Majesté" à "Saint Amour" de Kervern et Delépine) et, de plus en plus, dans des drames intimistes ("Plaire, aimer et courir vite" de Christophe Honoré, "Deux fils" de Félix Moati).

Dans "Mes jours de gloire", il semble revenir en arrière et avoir accepté un rôle qu’il a déjà joué maintes fois, celui d’un gars sympathique mais lâche, un peu hâbleur, qui se voile la face. Lacoste joue Adrien les mains dans les poches et, pour son premier film, Antoine de Bary parvient à créer des scènes qui semblent très spontanées et très naturelles, parfois spirituelles, mais sans véritable consistance. 

L'interview intégrale de Vincent Lacoste