Mick Jagger de retour sur grand écran dans "The Burnt Orange Heresy"

Dans "The Burnt Orange Heresy", Mick Jagger campera un vendeur d’art maléfique.
Dans "The Burnt Orange Heresy", Mick Jagger campera un vendeur d’art maléfique. - © ALBERTO PIZZOLI - AFP

L’année dernière, le chanteur des Rolling Stones a fait son grand retour devant les caméras de cinéma, pour camper un vendeur d’art maléfique dans le polar "The Burnt Orange Heresy", bientôt en salles. Ce film, réalisé par le cinéaste italien Giuseppe Capotondi, est adapté du roman noir "Hérésie" de Charles Willeford. Ce polar permet de découvrir l’ambitieux critique d’art James Figueras (campé par Claes Bang) et sa nouvelle conquête Berenice Hollis (Elizabeth Debicki), alors qu’ils reçoivent une invitation impromptue dans la luxueuse résidence du puissant marchand d’art Joseph Cassidy (alias Mick Jagger). Le marchand peu scrupuleux demande au critique de voler un chef-d’œuvre inestimable de son protégé Jerome Debney (Donald Sutherland), en échange d’un entretien exclusif avec le légendaire artiste solitaire.

En octobre dernier, Giuseppe Capotondi avait partagé avec Billboard son expérience avec Mick Jagger, sur le plateau de "The Burnt Orange Heresy". Un film que son réalisateur décrit comme un "conte faustien". "Nous avions entendu dire qu’il cherchait à tourner un dernier film, nous lui avons donc envoyé le script. Il l’a aimé et je suis allé à Londres pour le rencontrer. J’étais stressé à l’idée de lui parler, mais c’est une bonne âme. Il voulait le faire et lorsque nous étions sur le plateau nous étions comme n’importe quel réalisateur et acteur. Ce n’était pas Mick Jagger des Rolling Stones", a expliqué le réalisateur. Il a aussi ajouté que le rockeur de 76 ans a ajouté un côté théâtral à son personnage.

Ce n’est pas la première fois que la légende des Rolling Stones officie sur les plateaux de cinéma. Mick Jagger est apparu dans plusieurs films, dont le western australien "Ned Kelly" en 2003, ou le polar "The Man From Elysian Fields" en 2001. Mais il n’a pas pour autant mis sa brillante carrière de chanteur entre parenthèses : il a réédité sur vinyle l’intégralité de son catalogue solo en novembre dernier.

Parmi les albums incontournables du chanteur, on note "She’s The Boss" (1985), "Primitive Cool" (1987), "Wandering Spirit" (1993) et "Goddess In The Doorway" (2001). Les quatre albums ont été remastérisés par Miles Showell des studios londoniens Abbey Road.

Le film "The Burnt Orange Heresy" a été présenté en avant-première au dernier festival de Venise, il débarquera dans les salles obscures américaines le 6 mars, mais n’a pas encore de date de sortie en Belgique.