L'interview de Felicity Jones pour Inferno

Felicity Jones
Felicity Jones - © BRITTA PEDERSEN - AFP

L'actrice britannique était à Florence pour parler de son rôle aux côtés de Tom Hanks, dans "Inferno".

Généralement dans les films d’action et dans les thrillers, les personnages féminins ne sont pas souvent intéressants, mais ici, il s’agit d’un personnage assez complexe, c’est pour ça que vous avez choisi ce film, vous vous êtes dit : ok, je veux tourner ce rôle ?

Felicity Jones : Oui, comme vous dites, c’est assez inhabituel de trouver un rôle aussi fantastique dans un film d’action, et j’ai sauté sur l’occasion !  Elle est tellement fascinante à jouer, c’est quelqu’un qui fonctionne à tellement de différents niveaux, et c’est assez exceptionnel.

Le défi de ce film est que vous avez tourné dans les vrais lieux historiques, très fréquentés, très touristiques, comment se concentrer sur la scène, sur le personnage dans ce contexte ? comment vous avez travaillé ?

En fait, vous êtes très distrait par l’attrait des expresso’s, et de très jolis magasins, je dois dire que parfois c’est difficile de se concentrer dans des endroits aussi beaux, et des environnements aussi fantastiques...

Je suppose que l’organisation de Ron [Howard] est très précise, c’est comme une armée, est-ce que vous pouvez décrire sa façon de travailler ?

Oh, c’est un processus extrêmement efficace, dès le début de la journée, quand vous arrivez et jusqu’à la fin, il y a une précision militaire dans la fabrication du film, parce que toutes les 5 minutes, il y a beaucoup d’argent qui est dépensé, donc ça demande une très grande compétence à l’équipe, ainsi qu’une énorme concentration pour tout le monde, et beaucoup de travail.

Comme actrice britannique, vous avez tourné des films très intimes, et très émouvants, ici vous êtes dans un blockbuster, quel est votre sentiment par rapport à Hollywood, c’est " The place to be " ? un rêve devenu réalité ? quel est votre point de vue par rapport à cette industrie ?

C’est toujours à propos des histoires, et selon que vous racontiez une histoire dans une petite chambre à Manchester, ou dans un vaisseau spatial ou...  Ça dépend des histoires. Et je trouve que c’est une merveilleuse occasion de raconter une histoire intéressante et divertissante sur une grande échelle, ou sur une petite...

Dans le roman de Dan Brown, il y a toujours cet équilibre entre l’arrière-plan historique, et l’action et l’intrigue. Pour une actrice, est-ce que c’est difficile de trouver cet équilibre, parce que parfois vous avez une scène d’action, et puis après une scène pleine de dialogues, comment on travaille ça ?

Oui, il y a souvent des scènes où on marche et on cause, où vous allez décrire les références artistiques et littéraires, et vous devez avoir l’air d’être informé, et au même moment, vous allez courir, en haut, puis revenir, c’est toujours un exercice de jonglage, dans un film comme Inferno. Et il y a beaucoup d’indications du genre " Va là-bas ! on doit venir ici ! Vite ! Par là ! ", et c’est très amusant.

Qu’avez-vous appris lors de cette expérience ?

J’adore l’efficacité du tournage de Ron, la rapidité avec laquelle lui et Tom travaillent, tout le monde est très bien préparé, et sa concentration absolue, l’absence totale d’une attitude de " diva ", et j’aimerais retrouver ça dans mes films futurs, ce niveau de professionnalisme.

Vous voulez partager votre temps entre le cinéma britannique et le cinéma américain ?

Oui, j’aimerais beaucoup, c’est fascinant, le cinéma par nature n’est pas enraciné dans un seul endroit de toute façon, parce que souvent l’équipe et le casting sont internationaux, dans ce média, vous travaillez souvent avec des gens du monde entier.