L'interview d'Emily Blunt, pour Mary Poppins

Emily Blunt au micro d'Hugues Dayez
Emily Blunt au micro d'Hugues Dayez - © RTBF

Comment réaliser la suite d’un film ancré dans l’imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle ? Le réalisateur Rob Marshall, grand maître des comédies musicales  s’est posé les bonnes questions avant de réaliser "Le retour de Mary Poppins". Car il voulait que son film retrouve intact le charme du film de 1964.

Il a d’abord réussi à imposer au studio Disney de revenir au dessin animé traditionnel, bannissant les images de synthèse. Résultat, dans la première partie de son film, les séquences où Mary et les enfants évoluent avec des animaux dessinés font écho aux scènes-cultes avec Julie Andrews. Il a aussi fait en sorte que les nouvelles chansons originales de son film s’inscrivent dans la droite ligne des délicieuses rengaines composées par les géniaux frères Sherman (auteurs des tubes du " Livre de la Jungle ").

Enfin, son casting est on ne peut plus judicieux : la très talentueuse Emily Blunt succède à Julie Andrews mais elle a l’intelligence de ne pas la copier et propose "sa" version de Mary Poppins, nourrie par la lecture des romans de Travers.

L'interview intégrale d'Emily Blunt en version originale

La traduction

Quand on vous a proposé ce rôle, quelle a été votre première réaction : "Oh, merveilleux !" ou "Oh mon Dieu, comment vais-je y arriver ?"

Emily Blunt : Les deux ! Un mélange des deux réactions ! Parce ça a quelque chose d’écrasant de rejouer Mary Poppins, en même temps, c’est un personnage tellement extraordinaire que c’était une proposition très tentante ! Je savais que c’est une proposition qu’on ne reçoit qu’une fois dans sa carrière… Donc, toutes les peurs que je pouvais ressentir ont très vite été effacées par mon excitation de m’emparer de ce rôle.

Votre version de Mary Poppins est peut-être plus mystérieuse, plus énigmatique que la version de Julie Andrews. Comment avez-vous trouvé la clé pour l’incarner ?

Eh bien, je la trouve vraiment très énigmatique ! C’est ce qui est assez excitant, c’est qu’elle ne révèle jamais la façon dont elle fonctionne. C’est tout à fait manifeste dans les romans, je me suis replongé dans leur lecture, et j’ai découvert la dualité du personnage : elle est excentrique et en même temps méticuleuse, elle est pragmatique ET fantastique, elle peut être grossière et rigolote ET empreinte d’une grande humanité et d’une vraie profondeur… Elle constitue un vrai mystère ! Et donc, où pouvais-je trouver les moments pour relayer toutes ces facettes pour le spectateur ? Car je ne voulais pas en faire un simple personnage de "nounou magique", car sinon, où est l’humanité de cette super-héroïne ? Où voyez-vous la vraie personne ? Tous ces aspects, c’était un vrai plaisir de jouer avec.

La production de ce projet a été longue, c’est un film très sophistiqué… Vous devez chanter, vous devez danser, ça suppose beaucoup de répétitions… Comment conserver l’enthousiasme initial pendant tout ce processus ?

Eh bien, même les jours où nous étions tous fatigués, je peux vous dire qu’on s’est consacré corps et âme au projet, avec une vraie passion et une vraie solidarité… Certains jours, on était tous anéantis mais à la barre, il y avait notre réalisateur Rob Marshall. C’est un genre de Mary Poppins : il est aussi magique et aussi énigmatique qu’elle ! Il travaille tellement d’arrache-pied que vous ne voulez surtout pas le décevoir. Il est tellement incroyable qu’il nous donnait de l’énergie à tous, grâce à son esprit positif, et son instinct de chef d’orchestre : on s’est contenté de le suivre !

J’ai vu ce film comme un magnifique hommage à l’âge d’or des comédies musicales… Etes-vous nostalgique de cette époque ?

Oh oui ! C’est pour cette raison, je crois, que les premiers spectateurs sont si émus par notre film ! Je pense qu’il vous entraîne dans le passé en un clin d’œil, et vous vous souvenez avoir grandi avec des films comme "Chitty Chitty Bang Bang" ou "Singing in the rain"… Ils donnaient de la joie ! Il n’y avait rien de cynique dans ces films ! Je pense que les gens, ça leur manque ! Aujourd’hui on essaye trop souvent des films à message, ou avec un point de vue cynique… Or, je crois que c’est stupide de penser que l’innocence, c’est forcément insignifiant ! Je ne suis pas d’accord, je crois que c’est important !

En même temps, l’intrigue du film se situe dans les années 30, or c’était une période sombre… Et aujourd’hui, ce n’est pas un secret, nous traversons aussi une période sombre… Vous pensez que le parallèle avec notre époque est délibéré ?

Je pense effectivement que c’était intentionnel de la part de Rob Marshall de réaliser ce film MAINTENANT, quand la fragilité de notre époque est ressentie par beaucoup de gens, ce film est là pour unir les spectateurs, il parle de joie et de guérison. C’est pour ça que la famille Banks a besoin que Mary Poppins revienne… Et je crois que pas mal de gens ont besoin de ce retour !

J’ai lu que Julie Andrews était très heureuse que vous repreniez le rôle. Ça a été un soulagement pour vous ?

Oh oui, bien sûr ! Je suis ravie qu’elle ait dit ça ! C’est merveilleux !