L'acteur Javier Bardem appelle à protéger les océans à la tribune de l'ONU

Javir Bardem Campaigns for Global Ocean Treaty
8 images
Javir Bardem Campaigns for Global Ocean Treaty - © Jason Miczek - Jason Miczek/Greenpeace

"Les océans ont besoin de nous" : l'acteur espagnol Javier Bardem a appelé lundi, dans un vibrant plaidoyer au siège des Nations unies, à New-York, à la signature d'un traité international pour protéger les océans de la planète. Farouche défenseur de l'environnement, Javier Bardem participe à une campagne de l'organisation écologiste Greenpeace visant la création d'un réseau mondial de sanctuaires marins.

"Nos océans sont au point de rupture et nous en sommes tous en partie responsables", a-t-il déclaré à la tribune de l'ONU, appelant les représentants de l'organisation internationale à agir "ici et maintenant". L'Oscar 2008 du meilleur second rôle masculin, pour son interprétation d'un tueur sans pitié dans "No Country for Old Men", a regretté les "nombreux sièges vides" face à lui. "Les océans appartiennent à tous, mais leur avenir est aujourd'hui entre vos mains", a-t-il insisté, avant que ne soit projeté en avant-première le film de son expédition en Antarctique avec Greenpeace l'an dernier.

La star espagnole a par ailleurs fait plusieurs allusions au septième art. "Nous sommes tous des méchants", a dit celui qui endosse régulièrement ce costume au cinéma. Mais dans la vraie vie, "il n'y a pas Dwayne Johnson (héros de films d'action, NDLR) pour nous sauver". Javier Bardem a regretté la décision du président américain Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat : "On ne peut pas vivre dans le déni".

Selon An Lambrechts, la responsable belge de la campagne de Greenpeace 'Protect The Oceans', qui assiste à la conférence, ce nouveau traité international est une nécessité : "Nos océans sont parmi les régions les moins protégées du monde. Ces négociations sont notre meilleure chance d’en protéger au moins un tiers d'ici 2030. Selon les scientifiques, c’est une nécessité pour faire face à la crise climatique, protéger la biodiversité et assurer la sécurité alimentaire de millions de personnes. La Belgique a déjà adopté une position ambitieuse. Nous comptons sur notre pays pour continuer à jouer un rôle de premier plan dans la négociation d'un nouveau traité des Nations Unies sur les océans".