George Clooney lance un programme pour ouvrir les métiers du cinéma aux lycéens défavorisés

George Clooney et d’autres stars d’Hollywood ont annoncé lundi le lancement d’un programme éducatif destiné à préparer des lycéens de Los Angeles, défavorisés ou issus de minorités, à intégrer les métiers du cinéma.

Ce programme, qui sera parrainé par Clooney lui-même, Eva Longoria ("Desperate Housewives") ainsi que Don Cheadle (le super-héros War Machine de la saga Marvel), débutera à la rentrée 2022 et s’adressera initialement à des adolescents de 14 à 16 ans, scolarisés dans un lycée du centre-ville de Los Angeles. Il a vocation à être étendu à d’autres établissements scolaires publics de la ville.

"Notre but est de mieux refléter la diversité de notre pays. Cela implique de commencer tôt", lance George Clooney dans un communiqué annonçant la création d’un établissement qui portera ce projet, l’école Roybal de production de cinéma et de télévision.

"Cela signifie la création de programmes au lycée pour enseigner aux jeunes gens les techniques de caméra, de montage, d’effets visuels, de son, et toutes les opportunités de carrière que cette industrie peut offrir", explique l’acteur.

2 images
Les producteurs de musique Dr Dre et Jimmy Iovine, en partenariat avec d’autres établissements de la mégapole californienne lance également un projet similaire. © 2017 Getty Images

Cette initiative suit de peu l’annonce d’un projet similaire par les producteurs de musique Dr Dre et Jimmy Iovine, en partenariat avec d’autres établissements de la mégapole californienne.

Le district scolaire de Los Angeles, deuxième plus important du pays, compte quelque 650.000 élèves, majoritairement issus de foyers à revenus modestes et souvent de familles afro-américaines ou hispaniques.

Le manque de diversité à Hollywood, tant devant que derrière la caméra, a été souvent critiqué ces dernières années, notamment via la campagne #OscarsSoWhite lancée en 2015 pour dénoncer la prédominance des artistes blancs dans la sélection des Oscars.

Signe d’une amélioration, une étude publiée au printemps relevait que les acteurs issus des minorités ethniques ou culturelles étaient pour la première fois représentés à un niveau comparable avec leur proportion au sein de la population américaine.

Les auteurs soulignaient toutefois que les films dirigés par des femmes ou des membres d’une minorité disposaient de budgets bien inférieurs aux autres, et que les artistes latino-américains restaient nettement sous-représentés à l’écran.