Arte diffuse "Jules et Jim" en hommage à Jeanne Moreau

Jeanne Moreau aux côtés de Francois Truffaut, réalisateur de "Jules et Jim".
Jeanne Moreau aux côtés de Francois Truffaut, réalisateur de "Jules et Jim". - © BARTHE / UPI / AFP

Film phare de la Nouvelle vague, le chef d'oeuvre de François Truffaut sera diffusé ce lundi 31 juillet en deuxième partie de soirée sur Arte. La chaîne bouscule sa programmation afin de rendre hommage à Jeanne Moreau, décédée à l'âge de 89 ans.

En 1962, lorsque "Jules et Jim" sort dans les salles obscures, Jeanne Moreau est déjà une actrice reconnue de ses pairs et adulée par le public grâce à aux films de Louis Malle "Ascenseur pour l'échafaud", "Les Amants" et celui de Roger Vadim "Les Liaisons dangereuses".

Rencontré quatre ans plus tôt à Cannes, François Truffaut lui offre un rôle à son image, celui de Catherine, une femme résolument libre et moderne, amoureuse de deux hommes à la fois, Jules et Jim, un Autrichien et un Français, sur fond de Première Guerre mondiale. Ce long-métrage, pièce maîtresse de la Nouvelle vague, connu à travers le monde entier, a donné naissance à la scène culte où les trois protagonistes font la course sur une passerelle. Jeanne Moreau est alors habillée en garçon, coiffée d'une large casquette, habillée d'un pull lâche et arborant une fine moustache dessinée.

Le film, au succès international, marque par ailleurs les débuts de l'icône du 7e art dans la chanson avec le célèbre morceau "Le Tourbillon", repris par Vanessa Paradis en 1995 en ouverture du festival de Cannes en hommage à Jeanne Moreau alors présidente du jury.

"Jules et Jim" sera diffusé à 22h30 sur Arte, juste derrière "Le Journal d'une femme de chambre", film de Luis Bunuel sorti en 1964. L'actrice disparue prêtait ses traits à Célestine, une femme de chambre qui entre aux services d'une famille de notables provinciaux mesquins. Le long-métrage de l'Espagnol se voulait une dénonciation des moeurs de la bourgeoisie dans les années 30.