24h01 N° 04

24h01
3 images
24h01 - © 24h01

Des regards décalés sur l’actualité, une iconographie riche et moderne, laissant la place à la bd : voilà le pari de ce livre-magazine belge consacré à l’information, au sens le plus large possible du terme !

A l’heure où internet semble devenir peu à peu la source la plus importante de l’info, décider de la traiter plus largement, plus profondément, en usant d’un support, le papier, vieux sans doute comme la culture, c’est une décision qui n’est pas qu’éditoriale, qui se révèle même presque philosophique ! Et qui donc mérite qu’on s’y intéresse de tout près !

Le concept de ce genre de magazine d’info est déjà bien installé en France, avec des titres comme " La revue dessinée ", ou " XXI ". En Belgique, il n’y a, à ma connaissance, que ce 24h01… Minuit et une minute… Titre très symbolique et très clair pour une revue qui prend tout son temps, en quelque sorte, pour analyser ce qui s’est passé la veille, pour une revue qui choisit d’approfondir les choses plutôt que de les résumer, pour une revue qui a fait le choix d’une évidente qualité littéraire et d’une variété au niveau de l’iconographie parfois étonnante.

Il s’agit aussi, bien évidemment, d’une entreprise qui doit se révéler, commercialement, rentable. C’est là la raison, sans doute, d’une volonté délibérée, me semble-t-il, de s’adresser en priorité à un public " branché ", possédant, certes, des bases culturelles évidentes, mais aussi une curiosité artistique importante. C’est que, dans 24h01, si l’illustration occupe une place importante, voire même essentielle, elle a comme but premier de faire découvrir des nouveaux talents, comme le dit son rédacteur en chef, Quentin Jardon. Vous aurez donc peu de chance d’y croiser les dessins de dessinateurs " classiques ", hormis des gens comme Kroll. A ce niveau-là, même si les bonnes surprises existent, j’avoue que, personnellement, je ne peux pas souscrire à toutes les tentatives graphiques qui émaillent les pages de cette revue. Mais je reconnais volontiers, par contre, qu’il s’agit là d’un choix totalement respectable et qui, ma foi, mérite d’exister !

Dans tout média qui s’intéresse à l’actualité sous toutes ses formes, chacune et chacun peut, en fait, trouver ce qu’il a envie d’y dénicher. Et dans 24h01, il y a vraiment de quoi réussir à satisfaire tout le monde, tous ceux et toutes celles, en tout cas, qui aiment aller au-delà des simples apparences et dépasser le triste " politiquement correct ".

Cette volonté d’aller plus loin que la routine de l’info, on la retrouve aussi, par exemple, sur les antennes de la rtbf, dans une émission comme " Transversales ". Ce n’est pas un hasard, donc, si cette émission trouve, dans les pages de 24h01, une continuité, une continuation dessinée.

Et croyez-moi, dans ce numéro 4, le reportage de la rtbf mis en images vaut le détour, et pas qu’un peu ! On y parle de la mort, avec un regard qui, pour décalé qu’il soit, n’en apporte pas moins mille et une questions. A ne pas rater !

Vivre, c’est peut-être d’abord et avant tout avoir la chance de pouvoir être curieux. Curieux des autres, curieux du monde qui nous entoure, curieux de ce qui se fait ailleurs ou tout près de chez nous. Et 24h01 ouvre ses pages, avec talent, avec intelligence, à cette curiosité qui nous est essentielle !

 

Jacques Schraûwen

24h01 N° 04

Site : www.24h01.be