Une nouvelle vie pour le classique belge de la BD "Tif et Tondu"

Personnages de BD nés en 1938 et un peu tombés en désuétude, Tif et Tondu, classique de la BD franco-belge, s'offrent une nouvelle jeunesse sous le pinceau magique de Blutch et la plume déliée de son frère Robber.
2 images
Personnages de BD nés en 1938 et un peu tombés en désuétude, Tif et Tondu, classique de la BD franco-belge, s'offrent une nouvelle jeunesse sous le pinceau magique de Blutch et la plume déliée de son frère Robber. - © Courtesy of Dupuis

Personnages de BD nés en 1938 et un peu tombés en désuétude, Tif et Tondu, classique de la BD franco-belge, s’offrent une nouvelle jeunesse sous le pinceau magique de Blutch et la plume déliée de son frère Robber. "Je n’ai jamais trouvé Tif et Tondu ringards et démodés", soutient Blutch, dessinateur français très polyvalent, lauréat du Grand prix d’Angoulême en 2009. Onze ans après cette consécration, Blutch est de retour à Angoulême (sud-ouest de la France), où s’est ouvert jeudi la 47e édition du festival de la BD, pour présenter "Mais où est Kiki" (Dupuis), nouvelle aventure des deux héros créés par le Belge Fernand Dineur en 1938, dont le dernier album, porté par son compatriote Will (disparu en 2000), est paru en 1997. "C’est pour ça que c’était tentant de reprendre Tif et Tondu", s’amuse Blutch. "Tif et Tondu étaient oubliés, au placard, abandonnés".

Tif le chauve et Tondu le barbu, revus par Blutch et Robber, sont devenus des écrivains, "des justi-romanciers", précise Robber, fier de la trouvaille de ce mot-valise. D’ailleurs, un roman écrit par Tif et Tondu existe bel et bien. Tiré à peu d’exemplaires par Dupuis, ce roman, intitulé "L’antiquaire sauvage", peut se lire comme une préquelle de la BD. C’est surtout un formidable roman policier que l’on lit avec délectation. Le texte (signé en réalité par Robber) est digne des meilleurs livres de Donald Westlake, tant les dialogues sont vifs, drôles et percutants. Pour créer la mise en abyme, l’album commence au cours d’une séance de signature du vrai-faux roman dans une librairie.

Blutch et son frère – l’un est chauve et l’autre barbu ! – n’ont pas voulu faire un pastiche. Autant lecteurs qu’auteurs, leur album peut se lire comme un hommage sincère aux créateurs de la série, et notamment à Will et deux de ses scénaristes, Maurice Rosy et Maurice Tillieux, belges également. "J’ai tenté de maintenir l’émerveillement du lecteur que j’étais", explique Blutch. L’action se déroule à la fin des années 1980. On croise des malfrats coriaces, des policiers largués, un sosie de Pierre Bellemare, tenancier du louche Goulag Klub, une cape d’invisibilité et bien sûr la comtesse Amélie, dite Kiki, enlevée et retenue prisonnière. Le récit est mené tambour battant.

L’idée de revisiter Tif et Tondu "remonte à loin", se souvient Blutch. À la demande de son frère, Robber s’est lancé dans ce "pari un peu fou" d’écrire un scénario. Blutch reconnaît avoir mis "trois, quatre ans" pour dessiner cette histoire. Le résultat est magnifique, mais il n’est pas question de reprendre la série. L’album restera unique. Un autre roman signé Tif et Tondu n’est en revanche pas exclu. "J’écrirais avec plaisir un deuxième roman", confirme Robber.