Tout Est Vanité : Manara et les Borgia s'exposent à Bruxelles jusqu'au 20 avril!

Manara
7 images
Manara - © Manara

Ce sont des planches originales, adultes et superbes, aux couleurs directes lumineuses, qui s’exposent aux cimaises de la galerie Champaka… De quoi redécouvrir une bd sombre et puissante, et le travail d’un artiste incontestable du neuvième art !

" Tout est vanité "… Ce titre, emprunté à une maxime à la connotation religieuse incontestable, est celui du dernier volume de la série des " Borgia ", scénarisée par Alejandro Jodorowsky et dessinée par Milo Manara…

Dans cette série de quatre albums, ce sont les bas-fonds de l’histoire de l’Europe et de la chrétienté qu’ont explorés les deux auteurs. Le scénario a pris plaisir à s’attarder sur l’horreur inspirée par une foi aux aveugles certitudes, sur l’horreur inspirée par la seule nécessité d’un pouvoir, sur l’horreur née de l’art se soumettant aux méandres des désirs les plus pervers.

Le dessin de Milo Manara, lui, est d’une sensualité extrême, voire étonnante, jusque dans la représentation graphique de la mort et de ses inacceptables délires.

Et donc, cette exposition est totalement consacrée aux originaux de cet album sanglant, tumultueux, rendant hommage, à sa manière, aux grands peintres, tels Le Caravage, auquel d’ailleurs Manara, plus tard, a également consacré deux albums…

C’est que Manara, sans aucun doute possible, possède une fameuse formation classique… Picturale, certes, mais culturelle, surtout. Et pouvoir admirer de tout près son travail à la fois de dessinateur et de coloriste, de peintre plutôt, c’est un plaisir à ne pas se refuser, croyez-moi !

De Milo Manara, on connaît, bien entendu, toute la puissance érotique, tout le bonheur qu’il a, depuis des années, à s’aventurer, et à nous aventurer à sa suite, dans les méandres presque révolutionnaires de l’érotisme. Ce qu’il aime, dans ses albums, c’est la transgression… Celle des codes de la bande dessinée, oui, mais aussi celle de la morale bien-pensante et du politiquement correct. Comme le disait Ferré, à peu de choses près, " l’emmerdant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres " ! Et chez Manara, la morale n’est utile que pour être sans cesse battue en brèche ! C’est dire tout la plaisir qui fut le sien à dessiner le scénario de Jodorowsky !

Quand on parle de Milo Manara, c’est évidemment à son œuvre graphiquement érotique, voire même plus, que l’on pense, à tous ses albums destinés, de manière évidente, à un public adulte.

Mais l’érotisme, voire la pornographie, ne sont jamais totalement gratuits chez lui. Ces réalités profondément ancrées à l’âme humaine s’acceptant charnelle, il en fait des axes narratifs essentiels, des perspectives qui dépassent toujours le premier regard.

Le regard…

C’est là une des constantes de son œuvre, s’approcher du plus près des regards de ses personnages, et réussir à y inscrire, par la couleur et par le trait, des émotions frémissantes…

Mais il n’y a pas, chez Milo Manara, que cette façon qu’il a de magnifier la beauté, jusque dans la fange, en nous montrant des personnages, anti-héros d’abord et avant tout, aux traits purs, même dans l’horreur ou dans la jouissance…

Il y a aussi chez lui un vrai souci du décor… C’est vrai qu’il y a quelques années, il avait réduit ces décors à de simples jeux pratiquement photographiques, sans grand intérêt, il faut bien l’avouer ! Mais cette parenthèse dans son œuvre est oubliée, fort heureusement, et il a trouvé, avec les Borgia, avec Le Caravage ensuite, un bonheur total à dessiner les environnements de ses personnages. Et dans cette exposition, on ne peut qu’être admiratifs, justement, devant son approche à la fois de la nature et de l’architecture urbaine, à la fois des grands espaces et des intérieurs intimes propres à toutes les turpitudes…

Après sa rétrospective à Angoulème, Milo Manara accroche quelques-unes de ses planches originales dans une galerie bruxelloise.

Des œuvres graphiques qui vous envoûteront… Des œuvres torrides, des œuvres dans lesquelles la beauté, l’érotisme, l’inacceptable et l’Histoire se mêlent intimement.

Une exposition à  voir, à savourer…

 

Jacques Schraûwen

Tout Est Vanité – une exposition consacrée à Milo Manara, à la Galerie Champaka, rue Ernest Allard à 1000Bruxelles. Jusqu’au 20 avril !