Super Tokyoland

Super Tokyoland
2 images
Super Tokyoland - © Glénat - Reiss - 2015

Lost in Translation façon manga

 

Alors qu'il regagne Lyon en covoiturage, Benjamin Reiss est amené à expliquer son parcours. Sans trop en avoir envie, il commence à raconter ses études, sa rencontre avec Kayoko, jeune Japonaise en visite en France et ce qui l'a poussé à partir retrouver celle-ci au Japon. Car, passionné de la culture nipponne, Benjamin décide de poursuivre leur idylle au pays du Soleil Levant. Pas de chance, Kayoko ne semble pas dans le même état d'esprit… Désormais seul sur place, baragouinant le japonais et grâce à des boulots d'assistant mangaka, Benjamin va finir par séjourner 6 ans au Japon.

 

Récit autobiographique d'une expérience de vie hors du commun, Super Tokyoland est en fait l'édition remaniée et augmentée de Tokyoland, paru en 2009. Cette fois l'auteur s'y met clairement en scène et raconte -en 229 pages- son séjour et sa découverte de la culture et de la mentalité japonaise. Non dépourvu d'humour et d'autodérision, l'album se perd parfois un peu dans des longueurs, il est toutefois un témoignage de l'intérieur de ce que peut être la vie d'un expatrié dans une mégalopole comme Tokyo. Les noms des mangakas cités dans l'album parleront sans doute aux initiés du genre.

 

Le dessin en noir et blanc rehaussé de taches colorées de Reiss est à mi-chemin entre le manga et la BD européenne. Variant de-ci de-là les styles graphiques, il est toutefois dommage que l'on ne profite pas plus du résultat de ses propres contributions aux albums de ses mentors.

 

En bref : un album nippon (ni mauvais*) pour les amoureux du Japon et de sa culture

 

Super Tokyoland par Benjamin Reiss chez Glénat

 

Denis MARC

 

* : oui, j'ai honte.