Stern : 3. L'Ouest, Le Vrai

Stern
5 images
Stern - © Dargaud

Un croque-mort… Mais un croque-mort atypique dans un western qui nous parle de violence, certes, mais aussi d’écriture, de littérature, et de musique. Une série au ton différent et diablement intéressant !

Elijah Stern est croque-mort à Morrison, une petite ville tranquille de l'Ouest américain, traditionnelle, avec son maire, son shérif, son saloon, ses femmes légères, son épicier qui vend de tout…

Une petite ville tranquille qui doit " voter " un budget, pour remplacer, entre autres, le poêle de l’école.

Une petite ville perdue dans l’Ouest américain, loin de tout, et qui se prépare à fêter Noël.

Une petite ville dans laquelle arrive un pistolero connu, Colorado Cobb, qui vient dédicacer les livres qu’on a écrits (et inventés…) au sujet de ses exploits, et, surtout, un livre plus personnel, écrit de sa propre main, contenant ses souvenirs réels.

Tout est calme, donc… Mais comment le calme pourrait-il persister quand un " tireur " professionnel est présent ! Un pistolero, spécialiste des duels toujours gagnants, et qui s’avère être poursuivi… Poursuivi par une bande qui n’hésite pas à mettre à feu et à sang cette petite cité perdue loin de tout.

Stern, personnage central de cette série, croque-mort refusant de porter une arme, proche toujours de la mort et amoureux de la littérature sous toutes ses formes, Stern va se trouver immergé dans cette violence qui, insidieusement, va détruire l’univers serein dans lequel, au fil des ans, il s’était douillettement installé.

Ce que j’aime dans cette série, c’est le dessin, d’abord. Entre réalisme et humour, entre réalité et caricature, le graphisme de Julien Maffre laisse la part belle à chaque protagoniste. Ce sont eux, les seconds rôles, qui, en fait, construisent cet album, c’est autour d’eux et de leurs lâchetés comme de leurs héroïsmes qu’évolue l’histoire. Et Stern, personnage central, va se révéler bien plus observateur qu’acteur. Et même lorsqu’il veut intervenir, lorsque, abandonnant ses convictions, il est prêt à prendre une arme, il en est empêché par le hasard, par le destin, son destin !

Il n’est pas le moteur de l’intrigue, lui qui, pour la première fois depuis bien longtemps, a accepté de fêter quelque peu Noël en offrant un cadeau à l’ivrogne sympathique qu’il s’est choisi comme ami. Spectateur de son existence, il devient un peu le miroir de tous ceux qui, habituellement, dans l’univers du western, ne sont que des silhouettes !

Ce que j’aime dans cette série, aussi, c’est son scénario, un scénario qui a pris la décision d’utiliser tous les codes habituels du western, mais en les décalant quelque peu.

D’abord par la personnalité de Stern, évidemment, lui qui aime lire les grands auteurs dans un environnement où l’inculture est presque une règle d’ordre général.

Ensuite, par le plaisir que le scénariste a de mettre en opposition des personnalités, des situations, des envies, des passions. Frédéric Maffre est surtout un auteur qui réussit à nous parler de mort et de douleur, accompagné par le dessin pudique de son frère, sans pour autant en faire un élément majeur de son scénario. Et c’est ce " décalage " discret mais constant qui fait, finalement, la vraie marque de fabrique de cette série étonnante et passionnante !

Alors que les deux premiers tomes de cette série pouvaient n’apparaître que " décalés ", voire gentillets, cet épisode-ci assume pleinement son titre en nous enfouissant dans un Ouest américain qui, malgré les clichés qui l’auréolent, n’a pas grand-chose d’épique.

Oui, c’est l’Ouest, le vrai, que nous montre ce troisième opus. Un ouest sanglant, un ouest dans lequel le quotidien le plus banal peut soudain devenir le plus horrible. Un ouest dans lequel les armes à feu étaient omniprésentes.

Et là aussi, ce livre se différencie de ce que l’on voit habituellement lorsqu’on parle de western, de duels, d’armes à feu ! Il y a là une vérité historique, d’une part, mais aussi, d’autre part, une manière pour les auteurs de ponctuer une histoire sombre de quelques sourires bienvenus !

Stern est un anti-héros totalement atypique. Les frères Maffre en font un être proche de tout un chacun, quelqu’un qu’on a envie de regarder, d’écouter, de suivre dans ses recherches culturelles et humanistes.

Oui, en définitive, Stern est un anti-héros humaniste perdu dans un monde qui se déshumanise très (trop) facilement. Un peu comme notre propre monde, notre propre société !...

Stern, c’est une série qui parle de foi, d’imaginaire comme règle de vie, d’apparences, de silence, de regards…

La liberté de vivre, de vivre en communauté, est-elle possible sans violence ?...

Vous voyez, Stern est une série qui pose bien des questions, et qui, de ce fait aussi, mérite largement qu’on s’y intéresse de tout près.

Jacques Schraûwen

Stern : 3. L’Ouest, Le Vrai (dessin : Julien Maffre – scénario : Frédéric Maffre – éditeur : Dargaud)