Shangai Dream : tome 1 - Exode 1938

Shangai dream
4 images
Shangai dream - © Humanoïdes Associés

1938… Berlin, un couple de Juifs, passionnés de cinéma… Le nazisme et sa solution finale qui commencent à prendre forme… Et une fuite éperdue vers des horizons peut-être moins désespérants ! Les " migrants " sont aussi une réalité historique dont il faut se souvenir !

Philippe Thirault aux commandes d’un scénario, c’est l’assurance, pratiquement toujours, de voir la grande Histoire servir de trame à une intrigue dans laquelle, cependant, l’humain est toujours au premier plan.

Entre 1938 et aujourd’hui, les temps ont bien changé, c’est vrai… Nous vivons, paraît-il, dans un monde de " communication " où  tout être humain peut se connecter à  qui il veut. Illusoire liberté que celle qui consiste à faire croire à des sentiments quand il ne s’agit, finalement, que d’argent et de pouvoir !

En 1938, comme aujourd’hui, ce mot, " liberté ", était en butte à bien des horreurs, à bien des diktats de dictatures pourtant soi-disant démocratiquement élues !

Et pour les Juifs allemands, perdus dans ce qui n’était encore qu’un début de tourmente, quelle autre solution pouvait-il exister que de fuir pour exister encore, de s’en aller pour rêver toujours ?

Bernhard et Illo partagent le même rêve, au quotidien de leur couple : le cinéma. Bernhard comme metteur en scène, Illo comme scénariste.

Mais Hitler, en 1938, a pris toutes les commandes de la culture, la cinématographique également, pour en faire un instrument politique, rien de plus. Et dans cette culture à vision nazie, les Juifs ne peuvent avoir de place !

Dans les rues, les chemises brunes au brassard rouge se multiplient, et se multiplient les humiliations et les violences imposées à cette race impure à laquelle Illo et Bernhard appartiennent, tout comme le père d’Illo, qui a perdu sa jambe pour l’Allemagne en une autre guerre, celle de 14-18.

Pour Hitler et pour l’organisation politique qu’il réussit à imposer sans vraiment de résistance, le passé n’existe que pour s’en venger ! L’héroïsme  d’hier est symbole de défaite, et seul compte, désormais, la victoire, sous toutes ses formes !

Il est trop tard pour nos deux " héros " d’émigrer vers les Etats-Unis ou l’Angleterre. Pour n’avoir pas  cru au pire, pour avoir continué à espérer en un sursaut de l’intelligence nationale, ils sont coincés en Allemagne.

De démarche en démarche, ils parviennent cependant à trouver une fuite possible, celle d’aller vers le lointain Orient, dans une sorte d’enclave allemande ouverte aux seuls Juifs, et perdue dans les lieux les plus  sordides de Shangai. Une ville qui, elle aussi, a ses nazis, d’une certaine façon, que sont les Japonais…

Ce premier album nous montre la vie à Berlin, en 1938… Et puis, la possibilité d’un ailleurs à deux, où pourront persister leur amour et leurs passions communes. Et enfin, le départ, réussi pour l’un, raté pour l’autre, et la migration vers une autre désespérance, plus insidieuse mais non moins brutale pour l’âme et le corps.

Avec un découpage classique, cinématographique comme l’est le scénario, avec une part belle faite aux paysages sans jamais oublier, pourtant, de mettre en évidence les personnages, le dessin de Jorge Miguel est d’une belle efficacité. J’aime assez cette manière qu’il a, ici et là, de gommer soudain, dans une case, tout décor pour laisser la place aux seuls personnages. Ce faisant, il parvient à créer un vrai rythme dans le récit, et de faire de ce rythme la réalité et la vérité des héros et de leurs aspirations.

Les couleurs de Delf, même dans des paysages ensoleillés, sont discrètes, souvent dans les tons bruns… Bruns, oui, comme cette peste brune qui envahissait l’Allemagne et se faisait endémique à travers le monde…

La mort et l’espoir, la violence et l’amour, le courage et la fuite, ce sont finalement ces sentiments-là qui sous-tendent totalement le récit de Philippe Thirault.

Des sentiments qui, vous l’avouerez, éveillent quelques échos tristement contemporains !

 

C’est une très bonne bd que ce " Shangai Dream ". Une histoire qui doit se conjuguer en deux tomes. Et j’attends avec impatience ce deuxième volume qui, me dit-on, ne devrait pas tarder à se retrouver sur les étalages des libraires !

 

Jacques Schraûwen

Shangai Dream : tome 1 - Exode 1938 (dessin : Jorge Miguel – scénario : Philippe Thirault – couleurs : Delf – éditeur : Les Humanoïdes Associés)