Prix Première du Roman Graphique, décerné dans le cadre des Prix Atomium: "Petite Maman" - l'horreur des violences intra-familiales…

petite maman
5 images
petite maman - © DARGAUD BENELUX

Dans le cadre de la FÊTE DE LA BANDE DESSINÉE, à Bruxelles, plusieurs prix ont été remis, les prix Atomium... Et parmi eux, le Prix Première du Roman Graphique! "Petite Maman" nous emmène dans l'intimité d'une petite fille, maltraitée par sa mère mais, en même temps, l'aimant par dessus tout... Un livre poignant, pudique, intelligent, à ne pas rater!... Et un auteur à ÉCOUTER dans cette chronique...

Née d’une mère encore adolescente et d’un père définitivement absent, la petite Brenda grandit au rythme de son amour pour sa mère, au rythme d’un tissu social et familial qui, tel le mur de l’indifférence, se dresse, insurmontable, face au quotidien de ses larmes, de ses sourires, de ses angoisses, de ses douleurs.

De ses douleurs, oui, parce que cette petite fille est une enfant battue, elle que l’on voit rester, par la magie du crayon de Halim, une enfant tout au long de ce livre, alors que, pourtant, elle vieillit, elle devient adolescente, adulte même… Symbolisme graphique d’une présence inaltérable de ce que fut l’enfance lorsqu’elle n’existe qu’en souffrance.

Halim n’a certainement pas choisi de traiter ce sujet gratuitement. Le combat de son dessin est un combat que la société qui est nôtre ne mène incontestablement pas avec assez de puissance.

Si ce sujet est celui de l’enfance battue, il est aussi, au-delà de la simple anecdote " crapuleuse ", celui de la femme, de son rôle, de sa place, et de toutes les soumissions et dominations qui, de plus en plus, construisent notre univers occidental.

Et c’est aussi et surtout peut-être ce que j’aime dans ce livre : l’absence totale de gratuité et le refus de toute compromission.

Pour parler d’une enfant battue, d’une enfant se voulant, par amour malgré tout pour sa mère, comme une maman pour cette dernière, en l’aidant dans tous les gestes du quotidien, dans toutes les routines de la vie au jour le jour, pour parler de cet étrange et presque incompréhensible rapport humain entre deux humains liés par une violence sourde et inaltérable, Halim a choisi un dessin vif, rapide, presque dépouillé. Il a fait le choix, également, de coloriser son album dans des tons monochromatiques, un vert d’eau, un vert presque sale… très peu lumineux, en tout cas… Il a voulu, aussi, utiliser un découpage éclaté, mélangeant les époques de l’existence de Brenda, et cela n’a rien de gratuit non plus : il faut que le lecteur " fasse un pas " vers le livre, le récit, pour ne pas se perdre comme se perdent les personnages décrits, racontés, approchés.

Et enfin, même dans les scènes qui pourraient devenir triviales, Halim a décidé d’user, de bout en bout, d’une vraie pudeur. La pudeur d’un observateur, peut-être… La pudeur, en tout cas, d’un humaniste qui regarde, raconte, sans jamais pouvoir porter de jugement sur une situation qui, de toute façon, trouve ses racines dans le monde qui est le nôtre et ses mille hypocrisies.

Ce livre n’a rien à voir avec le compte-rendu artistique d’un fait-divers, vous l’aurez compris. Il s’agit ici d’une réflexion, profondément, sur ce qu’est la violence quotidienne, sur les causes de celle-ci, des causes psychologiques, voire psychiatriques, des causes sociales, des causes pécuniaires, affectives, éducatives…

On n’apprend pas à être parents, on ne l’est pas non plus de manière innée, quoi que puissent en dire mille et un scientifiques de tout poil… On l’est… On le devient, ou pas, mais ce n’est pas le résultat d’un apprentissage, c’est le résultat de sentiments, de rêves et de réalités qui, ensemble, forment le fil d’une existence.

Face à la maternité, la paternité, l’amour ou la haine, l’indifférence ou la tolérance, nous sommes et nous serons toujours tous différents les uns des autres.

Et c’est également cela l’axe central de ce livre : la différence, sous toutes ses formes.

Et sa forme la plus extrême est celle qui, dans ce livre, occupe, finalement, véritablement tout l’espace relationnel qui nous est raconté. Une forme qu’on peut nommer, avec Halim, le " Mal ", qu’il nous dessine sans faux-fuyants, sans faux-semblants…

Je parlais de pudeur… Cette pudeur dans le trait n’empêche pas les mots de Halim, cependant, de ne rien occulter du sujet qu’il traite, qu’il dessine, qu’il nous livre.

Il y a ainsi, à côté du dessin simple mais d’une véritable efficacité, la puissance des dialogues, parfois très crus, des dialogues au travers desquels jaillissent de façon presque tangible la violence et ses souffrances inéluctables.

Bien sûr, l’héroïne de ce livre pourrait fuir. Elle le fait d’ailleurs, en vivant sans cesse entre réalité et rêve. Mais, en définitive, et c’est ce qu’elle comprend aussi, c’est elle-même qu’elle fuit ainsi.

C’est aussi elle-même qui comprend, de l’âme et de la chair, qu’on peut ne pas reproduire ce qu’on a vécu… Elle devient mère, à son tour, comme un enfant vieilli que sa mère a maudit, et qui oublie sa fatigue pour sourire à son enfant qui pleure…

Ce n’est pas un livre facile, un livre d’aventure, un moment de délassement, c’est vrai. C’est un livre qui possède bien des ombres, des pénombres, des antres dans lesquels se tapissent les monstres d’une horreur quotidienne inacceptable…  Mais ce n’est à aucun moment un livre " négatif ", que du contraire. C’est un album dans lequel, même derrière les pires des grimaces, naissent des sourires, des attentes, des espérances.

C’est un livre qui est un regard, une main tendue.

C’est un livre qui ouvre les yeux et qui le fait avec un talent tranquille, sans fioritures, sans d’autres effets que celui de nous faire toucher du doigt quelques réalités de notre monde, de notre société !

Une bande dessinée intelligente, importante… Contre toutes les indifférences ! Et donc contre toutes les violences !

 

Jacques Schraûwen

Petite Maman (auteur : Halim – éditeur : Dargaud)