Ouverture de la 10ème édition du Festival international de BD d'Alger

Les pionniers et la jeune génération de la BD algérienne sont réunis au sein d'une exposition.
Les pionniers et la jeune génération de la BD algérienne sont réunis au sein d'une exposition. - © RYAD KRAMDI / AFP

La 10e édition du Festival international de la bande dessinée d'Alger, plus important événement consacré au 9e art au sud de la méditerranée, a été officiellement ouverte mardi, avec la France à l'honneur.

La France est le principal soutien étranger du festival depuis sa création.

Plus de 80.000 visiteurs sont attendus pour ce festival, qui réunira 40 invités — dessinateurs et auteurs — de 19 pays autour d'expositions, d'ateliers, de rencontres et de conférences, selon les organisateurs.

Les pionniers et la jeune génération de la BD algérienne sont réunis au sein d'une exposition.

Une autre, "Uderzo in extenso", est consacrée à l'oeuvre prolifique du père — avec le scénariste belge René Goscinny — des célèbres Astérix et Obélix, mais aussi d'Oumpah-Pah le peau-rouge ou des pilotes Tanguy et Laverdure. On y découvre notamment des dessins de jeunesse, notamment quand Uderzo illustrait, au début des années 1950, des faits divers dans l'hebdomadaire France-Dimanche.

L'exposition "Bleu, Blanc...Bulles" propose un regard sur la BD française à travers des planches de classiques et d'oeuvres contemporaines.

Parmi les artistes invités figurent notamment les Français Farid Boudjellal, auteur aux racines algériennes, notamment des séries "L'Oud" et "Juif-Arabe", mais aussi illustrateur de "La Présidente", qui imagine l'accession au pouvoir de Marine Le Pen, et Jacques Ferrandez, né à Alger, auteur des "Carnets d'Orient" consacrés à l'histoire de l'Algérie.

Jacques Ferrandez vient de publier le Premier homme, adaptation d'un roman autobiographique inachevé d'Albert Camus, Prix Nobel de Littérature né et élevé en Algérie française, dont il avait déjà adapté l'"Etranger" (roman qui se déroule à Alger) et la nouvelle l'Hôte.

Le dessinateur et scénographe belge François Schuiten, figure de la BD, Grand Prix du festival d'Angoulême en 2002, proposera, lui, un "concert dessiné".